L'OMS pense savoir d'où vient la Covid-19

L'OMS pense savoir d'où vient la Covid-19

Publié le 19/03/2021 à 13:25 - Mise à jour à 17:54
AP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Un article paru sur le site NPR.org revient sur l’origine du virus Covid-19 suite à la mission d’étude. Nous le reproduisons ci-après.


Un membre de l'équipe d'enquête de l'Organisation mondiale de la santé a déclaré que les fermes d'animaux sauvages du sud de la Chine sont la source la plus probable de la pandémie de COVID-19. La Chine a fermé ces fermes d'animaux sauvages en février 2020, a déclaré Peter Daszak , écologiste des maladies à EcoHealth Alliance et membre de la délégation de l'OMS qui s'est rendue en Chine cette année. Au cours de ce voyage, dit Daszak, l'équipe de l'OMS a trouvé de nouvelles preuves que ces fermes d'animaux sauvages fournissaient des animaux au marché de gros de Huanan Seafood à Wuhan.

Daszak a déclaré à NPR que la réponse du gouvernement était un signal fort que le gouvernement chinois pensait que ces fermes étaient la voie la plus probable pour qu'un coronavirus chez les chauves-souris du sud de la Chine atteigne les humains à Wuhan. Ces fermes d'élevage, y compris celles de la région du Yunnan, font partie d'un projet unique que le gouvernement chinois promeut depuis 20 ans maintenant. «Ils prennent des animaux exotiques, comme des civettes, des porcs-épics, des pangolins, des chiens viverrins et des rats en bambou, et ils les élèvent en captivité», explique Daszak. L'agence devrait publier les résultats de l'enquête de l'équipe dans les deux prochaines semaines. Dans l'intervalle, Daszak a donné à NPR un point culminant de ce que l'équipe a découvert.

«La Chine a promu l'élevage d'animaux sauvages comme un moyen de sortir les populations rurales de la pauvreté», dit Daszak. Les fermes ont aidé le gouvernement à atteindre les objectifs ambitieux de réduire la fracture rurale-urbaine, comme NPR l'a rapporté l'année dernière . «C'était très réussi», dit Daszak. «En 2016, 14 millions de personnes étaient employées dans des fermes d'élevage, et c'était une industrie de 70 milliards de dollars». Puis le 24 février 2020, juste au moment où l'épidémie de Wuhan se terminait, le gouvernement chinois a fait une volte-face complète à propos des fermes. Une pandémie pousse la Chine à interdire l'élevage de rats de bambou et d'autres animaux sauvages

«Ce que la Chine a fait alors était très important», dit Daszak. "Ils ont publié une déclaration disant qu'ils allaient arrêter l'élevage d'animaux sauvages pour la nourriture." Le gouvernement a fermé les fermes. «Ils ont envoyé des instructions aux fermiers sur la manière de se débarrasser en toute sécurité des animaux - pour les enterrer, les tuer ou les brûler - d'une manière qui ne propage pas la maladie. Pourquoi le gouvernement ferait-il cela? Parce que, pense Daszak, ces fermes pourraient être le lieu de retombées, où le coronavirus est passé d'une chauve-souris à un autre animal, puis à l'homme.

"Je pense que le SRAS-CoV-2 est arrivé pour la première fois aux gens du sud de la Chine. C'est comme ça." Tout d'abord, de nombreuses fermes sont situées dans ou autour d'une province du sud, le Yunnan, où les virologues ont trouvé un virus de la chauve-souris génétiquement similaire à 96% au SRAS-CoV-2, le coronavirus à l'origine de la maladie COVID-19. Deuxièmement, les fermes élèvent des animaux connus pour être porteurs de coronavirus, tels que les civettes et les pangolins.

Enfin, lors de la mission de l'OMS en Chine, Daszak a déclaré que l'équipe avait trouvé de nouvelles preuves que ces fermes fournissaient des vendeurs au marché de gros de Huanan Seafood à Wuhan, où une épidémie précoce de COVID-19 s'est produite. Le marché a été fermé du jour au lendemain le 31 décembre 2019, après avoir été lié à des cas de ce qui était alors décrit comme une mystérieuse maladie de type pneumonie. «Il y avait certainement une transmission massive sur ce marché», explique Linfa Wang, virologue qui étudie les virus des chauves-souris à la Duke-NUS Medical School à Singapour. Il fait également partie de l'équipe d'enquête de l'OMS. Wang dit qu'après l'épidémie sur le marché de Huanan, des scientifiques chinois s'y sont rendus et ont recherché le virus. «Dans la section des animaux vivants, ils avaient de nombreux échantillons positifs», dit Wang. "Ils ont même deux échantillons à partir desquels ils pourraient isoler des virus vivants."

Et donc Daszak et d'autres membres de l'équipe de l'OMS estiment que les fermes d'animaux sauvages ont fourni un conduit parfait entre une chauve-souris infectée par un coronavirus au Yunnan (ou au Myanmar voisin) et un marché aux animaux de Wuhan. «La Chine ferme cette voie pour une raison», dit Daszak. "La raison en était qu'en février 2020, ils pensaient que c'était la voie la plus probable [pour que le coronavirus se propage à Wuhan]. Et lorsque le rapport de l'OMS sortira ... nous pensons que c'est aussi la voie la plus probable." La prochaine étape, dit Daszak, consiste à déterminer précisément quel animal est porteur du virus et dans lequel des nombreux élevages d'animaux sauvages.

 

Une nouvelle explication "officielle" qui convaincra certains malgré les objections d'autres scientifiques sur les modifications génétiques qui se passaient dans le laboratoire P4 de Wuhan. Il faudra aussi comprendre les liens d'intérêts des membres de cette mission et les relations qui existent avec le Docteur Baric qui ne s'est pas exprimé à ce sujet. Pour en savoir plus, lire aussi l'histoire de la Covid.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Peter Ben Embarek, de l'équipe de l'OMS, présente un graphique montrant les voies de transmission du virus lors d'une conférence de presse conjointe tenue à la fin de la mission de l'OMS à Wuhan dans la province du Hubei le 9 février.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-