Soudan du Sud: 89 adolescents enlevés pour en faire des enfants-soldats

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Soudan du Sud: 89 adolescents enlevés pour en faire des enfants-soldats

Publié le 22/02/2015 à 15:49 - Mise à jour à 21:35
©Katy Migiro/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

D'après l'Unicef, au moins 89 enfants ont été enlevés par des combattants sud-soudanais dimanche 15. Le but des ravisseurs serait de les enrôler de forces, une pratique courante dans la guerre civile qui déchire le pays depuis plus d'un an.

Selon un rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance  (Unicef) publié samedi 21, 89 enfants au moins auraient été enlevés par un groupe armé encore non-identifié au Soudan du Sud. Le rapt a eu lieu dimanche 15 mais ce n'est que six jours après que l'ONU a pu en avoir confirmation.

Selon l'Unicef, l'enlèvement a eu lieu à Wau Shilluk, dans le nord du pays. Une ville où 100.000 déplacés avaient fuit la guerre civile. Un groupe armée a fait irruption dans une école et a emmené les 89 adolescents âgés de 13 à 18 ans qui étaient en train de réviser leurs examens. Les six professeurs présents ont également été enlevés.

Le nombre d'enfants kidnappés pourrait cependant être bien plus important. Les ravisseurs auraient ensuite fait du porte-à-porte dans la ville pour y trouver de nouvelles recrues. Car il semble évident que c'est pour en faire des enfants-soldats que les kidnappeurs ont effectué ce rapt.

Si les auteurs n'ont pu être identifiés pour l'instant, c'est que l'enlèvement et le recours aux enfant-soldats est une pratique malheureusement courante au Soudan du Sud dans chaque camp. Depuis décembre 2013, les troupes du président Salva Kiir s'opposent à celles de son ancien vice-président Riek Machar.

Le conflit entre les deux hommes a fait ressurgir les tentions entre ethnies, les Dinkas soutenant Kiir et les Nuers dont est originaire Machar. Selon l'Unicef, 12.000 enfants auraient été enrôlés depuis le début des combats. Le gouvernement de Salva Kiir continue de démentir avoir recours à de telles méthodes. Le  nombre de victimes depuis décembre 2013 est lui estimé à environ 10.000.

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le recours aux enfants soldats n'est pas rare dans la guerre civile sud-soudanaise.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-