Fraude au chômage partiel : des centaines d’entreprises dans le collimateur

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Fraude au chômage partiel : des centaines d’entreprises dans le collimateur

Publié le 28/07/2020 à 13:51 - Mise à jour à 14:10
© Bertrand GUAY / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A
Des entreprises auraient-elles profité de la crise sanitaire et du confinement pour mettre leurs salariés au chômage partiel aux frais de l’Etat ? Au moins 700 d’entre elles sont suspectées de fraude et 700 d’escroquerie, annonce Elisabeth Borne. 
 
La ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion était l’invitée de la radio RTL ce mardi 28 juillet. Elle a livré ces premiers chiffres en distinguant les escroqueries des fraudes. 
 
Les premières consistaient le plus souvent en des demandes transmises par télédéclarations qui usurpaient la raison sociale et le numéro SIRET d’entreprises ne demandant pas à bénéficier du chômage partiel. Les secondes étaient commises par des entreprises réclamant les aides à l’activité partielle mises en place par l’Etat alors que leurs salariés étaient en réalité au travail. 
 
50000 contrôles
Le 10 juillet, déjà, le Parquet de Paris avait parlé de « fraudes massives », impliquant des flux financiers internationaux et ayant engendré « plus d’1,7 million d’euros de préjudice ». 
 
Elisabeth Borne a donc apporté davantage de précisions ce mardi. Au total, 25000 contrôles ont d’ores et déjà été réalisés et 50000 le seront d’ici la fin de l’été. L’ensemble des dossiers suspects sera transmis à la justice, a-t-elle souligné.
 
La ministre n’a aucunement mis en cause la mesure mise en place durant la crise sanitaire, bien au contraire. Elle l'a jugé « indispensable », rappelant que 9 millions de salariés français ont pu bénéficier du chômage partiel grâce à la prise en charge de l’Etat. 
 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Elisabeth Borne a donné des chiffres ce mardi

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-