Lait bio : la production excessive fragilise la situation des producteurs

Lait bio : la production excessive fragilise la situation des producteurs

Publié le 23/09/2021 à 16:14
© PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

La production de lait bio a augmenté de 11 % au premier semestre 2021. Mais les producteurs peinent à écouler leurs stocks auprès des coopératives, ce qui tire les prix vers le bas et fragilise toute la filière.

Une surproduction due à la conjoncture

La filière de lait bio est en crise. Alors que de plus en plus de producteurs souhaitent obtenir le fameux label, ceux qui ont déjà fait le choix de se passer de produits phytosanitaires peinent à s’en sortir. En cause : une surproduction de lait, due notamment à une pousse d’herbes exceptionnellement abondante dans les prés cette année. « L’été a été pourri, notamment sur les zones de production laitière biologique, ce qui a favorisé la pousse continue d’une herbe de qualité », explique à Reporterre Éric Guihery, éleveur en Mayenne et secrétaire national lait de la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab).

Résultat, rien qu’au premier semestre 2021, la production a augmenté de 11 %, avec même un record pour les mois de mai et juin, qui atteignent respectivement des pics de 16 % et 17 % de production supplémentaire.

Or, cette hausse de production n’a pas pu être absorbée par les coopératives en raison d’une stagnation de la consommation de produits laitiers bio. Au premier semestre 2021, les ventes de fromages bio ont accusé une baisse de 4 %, celles des crèmes de 9,6 % et du lait de 8,6 % par rapport à 2020. Selon Gérard You, chef du service économie des filières à l’Institut de l’élevage (Idele), cette baisse de la consommation est due au contexte sanitaire. « C’est l’effet déconfinement, analyse-t-il pour Reporterre. Au printemps 2020, les gens télétravaillaient et consommaient à domicile. Cet épisode a été très favorable au bio. »

Des prix tirés vers le bas par les coopératives

Ce ralentissement de la consommation, ajouté à la suproduction laitière, déséquilibre le marché, ce qui tire les revenus des producteurs vers le bas. « Ma coopérative, Agrial, nous a dit qu’elle allait sans doute devoir baisser le prix du lait payé au producteur d’ici la fin de l’année », explique à Reporterre Samuel Bulot, éleveur à Pralon (Côte-d’Or) et vice-président de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL). « Les discussions ont été houleuses dans l’enceinte de la coopérative », rapporte de son côté au Monde Nathalie Delahaye, éleveuse dans le Val-d’Oise et membre de Biolait.

Les producteurs dénoncent aussi la mainmise de grands groupes comme Sodiaal ou Lactalis sur le secteur laitier, qui profitent de la crise pour aligner le prix de lait bio sur le tarif du lait produit en agriculture conventionnelle. Ainsi, Lactalis a opéré une baisse de cinq à six euros par tonne de lait tandis que Sodiaal a annoncé à ses adhérents qu’elle déclasserait 10 % des volumes de lait bio livrés par eux, à partir d’août et sur un an. Ce qui équivaut à une baisse de douze euros par tonne en moyenne.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une vache productrice de lait

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-