Les rejets de l'usine Altéo autorisés dans les Calanques, colère de Royal qui s'en prend à Valls

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Les rejets de l'usine Altéo autorisés dans les Calanques, colère de Royal qui s'en prend à Valls

Publié le 30/12/2015 à 10:29 - Mise à jour à 10:36
©Jacques Demarthon/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

-A +A

L'usine Altéo pourra continuer à déverser ses boues rouges dans les eaux du parc national des Calanques, dans les Bouches-du-Rhône, a décrété le préfet de la région PACA. Une décision qui a suscité la colère des associations écologistes et de Ségolène Royal, selon qui "l'ordre est venu du Premier ministre".

Le préfet de la région PACA a autorisé la poursuite d'activité de l'industriel Altéo et les rejets en mer, pour 6 ans, d'effluents aqueux dans le parc des Calanques (Bouches-du-Rhône), provoquant la protestation de Ségolène Royal.

"L'ordre est venu du Premier ministre au préfet, direct", a déclaré la ministre de l'Ecologie à l'AFP. "Je désapprouve cette décision, je n'ai pas du tout changé d'avis, je pense que c'est une mauvaise décision qui est essentiellement suscitée par le chantage à l'emploi", a-t-elle ajouté. Le préfet "a signé le lundi 28 décembre 2015 un arrêté autorisant la société Altéo à continuer à exploiter à compter du 1er janvier 2016 ses usines sur le site de Gardanne et autorisant, pour une durée de six ans, le rejet dans la mer d’effluents aqueux dépassant les limites réglementaires", avait annoncé un peu plus tôt la préfecture de PACA.

Il y a plusieurs mois, la demande d'une poursuite des rejets par cette usine avait déclenché la colère de plusieurs associations de défense de l'environnement et de riverains, qui dénoncent depuis des années la toxicité des rejets d'origine, les boues rouges. Celles-ci seront interdites au 1er janvier 2016. Mais les défenseurs de l'environnement craignent qu'une nouvelle autorisation de rejets ne remette en cause le statut même du Parc national des Calanques, une aire de protection créée en 2012. Altéo affirme avoir amélioré son procédé de production et ne plus avoir besoin de déverser des rejets solides (les boues rouges, ndlr), mais uniquement des effluents liquides.

"Il s'agit de rejets d'effluents liquides, chimiques, toxiques et radioactifs, c'est toujours le dossier des boues rouges, même si les rejets n'en n'ont plus la couleur", a indiqué à l'AFP Alain Matési, président de l’association "CoLLecT-IF environnement".

Une analyse partagée par Mme Royal: "les dernières enquêtes de l'Anses publiées il y a quelques jours ont bien montré qu'à l'endroit des rejets, il y avait une contamination beaucoup plus forte notamment en mercure, une pollution dangereuse pour la santé", a-t-elle affirmé en espérant "qu'il y aura des recours pour que toute la clarté soit faite". "Je vais mettre en place des surveillances pour être sure qu'au bout de deux ans il n'y ait pas une reconduction laxiste du processus", a précisé la ministre selon laquelle "il va falloir continuer à réfléchir à une mutation de site".

Denez L'Hostis, président de France Nature Environnement, estime pour sa part que "l'enjeu de la période actuelle est qu'on dépasse les seuils légaux de rejets, pour trois éléments notamment l'arsenic et l'aluminium" car Altéo "ne sait pas encore filtrer tous les éléments toxiques avant de les rejeter en mer".

Pour Altéo, la décision préfectorale, qui "confirme l’arrêt définitif de tout rejet de boues rouges en mer" et "permet le maintien de l’activité industrielle de l’usine", "va permettre à l'usine d'engager les recherches et développements pour améliorer la qualité des rejets liquides", a affirmé dans un communiqué Frédéric Ramé, le président de la firme.

"Un premier défi a été relevé, arrêter le rejet des boues rouges avant le 1er janvier 2016. Nous entendons relever un second défi, celui de la qualité des rejets liquides d'ici au 31 décembre 2021", a-t-il ajouté.

Depuis près de 50 ans, ce site de production d'alumine (qui sert à fabriquer de l’aluminium) situé à Gardanne, près d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), bénéficie d'un droit d'expédier en mer des résidus, à sept kilomètres au large de Marseille et Cassis. Plus de 20 millions de tonnes de boues rouges ont été ainsi déversées sur les fonds marins de la fosse de Cassidaigne.

Fin novembre, la ministre de l'Écologie Ségolène Royal avait déjà déclaré n'être "pas favorable au renouvellement" de l'autorisation de rejets. Mais, il y a une dizaine de jours, attendant un dernier avis pour prendre son arrêté, le préfet de PACA avait déjà annoncé qu'il était favorable à la poursuite d'activité de l'usine, affirmant "c'est la position du gouvernement et je l'applique".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les boues rouges rejetées contiennent des "effluents liquides, chimiques, toxiques et radioactifs", selon les associations de défense de l'environnement.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-