Arrêtés après avoir maltraité leurs quatre enfants adoptifs

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Arrêtés après avoir maltraité leurs quatre enfants adoptifs

Publié le 23/02/2018 à 13:02 - Mise à jour à 13:11
© Spencer Platt / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un couple vivant dans l'Arizona, aux Etats-Unis, a été arrêté. Ils sont soupçonnés d'avoir maltraité leurs quatre enfants adoptifs. Ceux-ci ont été retrouvés enfermés et privés d'eau et de nourriture.

Un homme et une femme, respectivement âgés de 69 et 64 ans, ont été arrêtés mardi 20 à leur domicile du comté de Pima, en Arizona aux Etats-Unis. Ils sont suspectés d'avoir maltraité leurs quatre enfants adoptifs, âgés de 6 à 12 ans.

Ils ont été inculpés de trois charges de maltraitances infantiles. C'est le vendeur d'un supermarché qui a alerté la police.

A voir aussi: "Maison de l'horreur" - les parents inculpés de torture sur leurs enfants

L'un des enfant de la fratrie avait demandé à utiliser le téléphone d'un supermarché Tucson. Le vendeur qui l'avait renseigné avait alerté la police, même s'il n'était pas sûr de lui comme l'a révélé la BBC, devant l'apparence alarmante du garçon.

"Il n'était pas sûr que la situation était un crime, mais il a fait part de ses inquiétudes", a expliqué l'homme chargé de l'enquête lors d'une conférence de presse.

Les policiers sont donc arrivés au domicile de cette famille et ont découvert l'horreur dans laquelle vivaient les quatre frères et sœurs. "Ils étaient enfermés dans des chambres séparées, fermées de l'extérieur, sans accès à la nourriture, à l'eau, à la lumière ou à la salle de bain pendant douze heures de suite", a expliqué le bureau de shérif du comté de Pima.

Benito et Carol Gutierrez avaient pourtant passé les étapes de la procédure d'adoption pour les quatre enfants (tous frères et sœurs biologiques) sans aucun problème et n'avaient jamais éveillé les soupçons.

Quant aux enfants, ils n'avaient apparemment pas conscience que les conditions dans lesquelles ils vivaient n'étaient pas normales. Ils étaient par ailleurs d'excellents élèves à l'école et n'y avaient jamais eu de problèmes disciplinaires ou autre.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les parents adoptifs des enfants maltraités n'avaient jamais éveillé les soupçons.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-