Attentat de Magnanville: le djihadiste Larossi Abballa inhumé au Maroc

Attentat de Magnanville: le djihadiste Larossi Abballa inhumé au Maroc

Publié le 03/10/2016 à 16:19 - Mise à jour à 16:29
©Capture d'écran BFMTV
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Le djihadiste Larossi Abballa, responsable de l'attentat de Magnanville en juin, a été inhumé selon le rite musulman au cours du week-end au Maroc en présence de sa famille. "La famille est apaisée. Ils voulaient en finir, ils peuvent maintenant commencer leur deuil", a expliqué l'avocat de ses proches.

Le djihadiste Larossi Abballa, qui a tué en juin un policier et sa compagne à Magnanville avant d'être abattu par les policiers du Raid, a été inhumé au cours du week-end au Maroc, a-t-on appris ce lundi 3 de l'avocat de la famille du jeune homme. "Le Maroc a fait preuve d'humanité. L'autorisation d'inhumer a été donnée jeudi, le corps a été transféré vendredi et il a été enterré au cours du week-end", a indiqué à l'AFP Me Victor Lima. Le djihadiste, dont la dépouille se trouvait jusqu'alors à l'institut médico-légal de Paris, a été inhumé selon le rite musulman, en présence de sa famille. Sa tombe, dont le lieu exact n'a pas été précisé, n'a pas été anonymisée. "La famille est apaisée. Ils voulaient en finir, ils peuvent maintenant commencer leur deuil", a ajouté l'avocat.

Larossi Abballa, 25 ans, a assassiné le 13 juin Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, commandant de police, adjoint du commissariat des Mureaux, et Jessica Schneider, 36 ans, agent administratif du commissariat voisin de Mantes-la-Jolie, à leur domicile de Magnanville, sous les yeux de leur fils de 3 ans. L'attaque a été perpétrée au nom du groupe djihadiste État islamique. Le père de Larossi Abballa avait simultanément formulé trois demandes d'inhumation au cours du mois de juillet: à Magnanville (Yvelines), où le djihadiste avait été tué dans une intervention des policiers d'élite; à Mantes-la-Jolie, où le jeune homme résidait; et au Maroc.

Les deux premières communes avaient refusé de procéder à l'inhumation, ce qui avait conduit la famille à attaquer Mantes-la-Jolie devant le tribunal administratif de Versailles. La question a ensuite été transmise au Conseil d'Etat, qui doit se prononcer avant fin janvier sur la conformité à la Constitution d'une loi qui oblige les communes à procéder à l'inhumation de ses résidents qui en font la demande. Si le combat judiciaire est désormais devenu purement théorique, la famille Abballa entend le poursuivre "car il a un intérêt juridique", a expliqué son avocat.

La loi prévoit plusieurs cas de figure pour le lieu d'inhumation, selon François Michaud-Nérard, directeur général des Services funéraires de la Ville de Paris, interrogé par l'AFP fin 2015: "Si les familles les réclament, les défunts ont droit à une sépulture à l'endroit où ils résidaient, là où ils sont décédés, ou là où la famille a une sépulture familiale". La question est régulièrement soulevée depuis la vague d'attaques djihadistes qui sévit en France depuis 2015, les corps des auteurs des attentats étant bien encombrants pour les autorités.

En août, les maires de Montluçon (Allier) et Saint-Dié (Vosges) avaient indiqué leur refus d'accueillir la tombe d'un des assassins du prêtre égorgé fin juillet à Saint-Etienne-du-Rouvray, Abdel Malik Petitjean, toujours pas enterré. Son complice, Adel Kermiche, a pour sa part été inhumé en toute discrétion dans le carré musulman du cimetière intercommunal de Puiseux-Pontoise (Val-d'Oise) fin août.

C'est également en région parisienne que deux des trois assaillants du Bataclan ont été inhumés, alors que Brahim Abdeslam, frère de Salah Abdeslam, seul assaillant survivant des attaques du 13 novembre 2015, a été enterré à Bruxelles en mars 2016.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Larossi Abballa, 25 ans, a assassiné le 13 juin Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, commandant de police, adjoint du commissariat des Mureaux, et Jessica Schneider, 36 ans, agent administratif du commissariat voisin de Mantes-la-Jolie.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-