Bébé secoué dans les Hauts-de-Seine: une assistante maternelle soupçonnée

Bébé secoué dans les Hauts-de-Seine: une assistante maternelle soupçonnée

Publié le 25/12/2015 à 10:10 - Mise à jour à 10:15
©Philippe Put/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une assistante maternelle et son conjoint ont été mis en examen suite au décès le 10 décembre dernier d'un bébé de 10 mois. L'équipe médical a conclu au syndrome du bébé secoué alors que le drame est survenu sous la surveillance du couple.

Une assistante maternelle et son conjoint ont été mis en examen à Montrouge (Hauts-de-Seine) suite à la mort d'un bébé de 10 mois. Ils sont soupçonnés d'avoir provoquer la mort du bébé en le secouant, même si les faits restent encore obscurs. Présumés innocents, ils ont été laissé libres sous contrôle judiciaire.

L'expertise médicale devra définir si le petit Augustin, décédé le 10 décembre, a bien succombé au syndrome du bébé secoué. Ce fut en tout cas les premières constatations de l'équipe médicale de l'hôpital Necker, témoigne le père dans les colonnes du Parisien. Les médecins avaient d'ailleurs immédiatement signalé ce cas au parquet de Nanterre.

Mais l'assistante maternelle et son conjoint nient les faits. Le 24 novembre dernier, la mère d'Augustin avait reçu un coup de téléphone de la nourrice. Elle lui expliquait que son enfant avait fait "un malaise" et avait prévenu les secours. Un hématome sous-dural avait alors été diagnostiqué et malgré une opération du cerveau et plusieurs jours de soins intensifs, l'enfant n'a pas survécu.

L'assistante maternelle de 54 ans et son mari de 65 ans, également présent au moment du drame, ont tous deux été placés en garde à vue le 28 novembre, puis mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Ils ont également interdiction d'entrer en contact avec les parents de la victime, qui n'habitent qu'à quelques centaines de mètres de chez eux.

Par le biais de leur avocat, les parents ont exprimé leur incompréhension que les deux suspects soient laissés libres au regard de la gravité des faits. L'avocat de la nourrice et de son mari a quant à lui rappelé l'importance de la présomption  d'innocence, notamment tant que l'enquête n'a pas confirmé les causes de la mort.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'enquête devra définir si l'enfant a bien succombé au syndrome du bébé secoué.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-