Bordeaux: évacuation de la fac, les étudiants matraqués et insultés par les CRS

Bordeaux: évacuation de la fac, les étudiants matraqués et insultés par les CRS

Publié le 07/03/2018 à 15:52 - Mise à jour à 15:55
©Christophe Simon/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Alors qu'ils occupaient un amphithéâtre pour protester contre le projet de réforme du gouvernement sur l'université, des étudiants de la fac de Bordeaux ont été violemment délogés mardi soir. Plusieurs d'entre eux ont témoigné, assurant avoir été matraqués et insultés.

L'université de Bordeaux place de la Victoire affichait ce mercredi 7 au matin portes closes. La décision a été prise suite aux violences qui se sont produites la veille, à l'encontre d'étudiants qui protestaient contre le projet de réforme du gouvernement et qui bloquaient un amphithéâtre de l'établissement universitaire.

Les violences ont été commises par les CRS envoyés par la direction de l'université, qui aurait constaté des dégradations entre ses murs (ce que nient les syndicats d'étudiants).

Lorsqu'ils sont arrivés après 20h, les membres des forces de l'ordre auraient commencé à insulter et à matraquer les étudiants qui s'étaient regroupés en haut de l'amphithéâtre en question.

Lire précédemment: Manifestations - les étudiants se mobilisent contre la réforme du bac et de l'université

"Ils ont commencé à nous lancer des insultes racistes et sexistes... +bande de bougnoules, vous êtes que des PD...+ On a fait une chaîne pacifique pour pouvoir rester, quand ils ont vu qu'ils n'y arrivaient pas en sortir un du lot ils ont assénés des coups de poings, de matraques", a témoigné un étudiant auprès de France 3 Nouvelle-Aquitaine.

Certains étudiants ont été légèrement blessés après avoir reçu des coups de matraque au niveau du visage. La police a pourtant assuré qu'il n'y avait eu aucun blessé.

Selon Sud-Ouest, un étudiant a même été interpellé pour "violences sur dépositaire de l'autorité publique".

Malgré ces événements choquants, plusieurs étudiants se sont présentés ce mercredi matin devant l'université (fermée) pour continuer à se battre contre la projet de loi Vidal sur l'accès à l'université, proposant des sélections à l'entrée.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Des étudiants de l'université de Bordeaux, place de la Victoire, ont été violemment délogés de l'amphithéâtre qu'ils occupaient mardi soir.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-