Bouches-du-Rhône: un bébé incinéré par erreur à la place d'un autre

Bouches-du-Rhône: un bébé incinéré par erreur à la place d'un autre

Publié le 01/03/2018 à 18:00 - Mise à jour à 18:05
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Deux familles endeuillées par la perte d'un bébé ont fait face mercredi à une terrible erreur de l'hôpital de la Timone à Marseille. Les petits corps ont été échangés et l'un a été incinéré à la place de l'autre. Une plainte a été déposée.

Deux familles originaires des Bouches-du-Rhône ont fait face tout récemment à la perte d'un enfant. A la douleur du deuil est venue s'ajouter mercredi 28 février la colère face à une erreur rare venant de l'hôpital de la Timone à Marseille, où les bébés étaient pris en charge.

Samantha, qui a accouché de jumelles prématurément le 19 février dernier, a témoigné de cette terrible histoire auprès de France 3 Régions PACA. Une de ses fillettes, prénommée Kyana, n'a pas survécu et est décédée cinq jours après l'accouchement.

Samantha et son compagnon ont alors dû, pendant que leur deuxième fille, Lana, était prise en charge à l'hôpital de la Conception (toujours à Marseille), organiser les funérailles de la fillette.  

Lire aussi: Marseille - le corps d'un nourrisson découvert dans une poubelle

La jeune femme, âgée de seulement 20 ans, n'a pas voulu assister à la mise en bière. Elle s'est recueillie sur le cercueil fermé. Mercredi, elle a reçu un coup de téléphone du crématorium d'Aubagne, qui a dû lui avouer que les cendres qu'elle devait venir récupérer n'étaient pas celles de sa fille.

"Je n'en dors plus, je suis choquée de m'être recueillie devant un bébé qui n'était pas le mien", a-t-elle confié en pensant "à la famille d'en face" qui a, elle, perdu un bébé de deux mois.

L'erreur a été commise par l'hôpital de la Timone qui a reconnu "une défaillance dans l'application des protocoles d'identito-vigilance" et a ouvert une enquête interne pour comprendre ce qu'il s'est réellement passé.

Samantha et sa famille sont toujours sous le choc. De son côté, la deuxième famille a décidé de porter plainte contre l'hôpital.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'hôpital de la Timone à Marseille a échangé les corps de deux bébés, et le crématorium d'Aubagne en a incinéré un par erreur.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-