Crash en Egypte: les enquêteurs se refusent à parler d'attentat

Crash en Egypte: les enquêteurs se refusent à parler d'attentat

Publié le 07/11/2015 à 17:40 - Mise à jour à 17:58
©Mohamed Abd El Ghany/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Alors que l'hypothèse d'une bombe à bord de l'A321 qui s'est crashé il y a une semaine en Egypte se fait de plus en plus pressante, le responsable égyptien de la commission d'enquête a tenu une conférence de presse ce samedi au Caire. Il a refusé de confirmer la théorie de l'attentat.

Le représentant égyptien de la commission d'enquête sur le crash de l'A321 survenu samedi 31 dans le désert du Sinaï a tenu une conférence de presse ce samedi 7. Des déclarations très attendues alors que la thèse de l'attentat semble de plus en plus probable, mais que les autorités égyptiennes se refusent à évoquer cette possibilité.

Mais c'est la frustration qui a dominé l'assistance suite aux déclarations du représentant égyptien, seul en raison de la surprenante absence des membres russes, irlandais (pays d'immatriculation de l'avion), français (conception) et allemands (fabrication). "J'avais insisté pour qu'ils viennent. Je ne sais pas pourquoi ils ne sont pas- là", a simplement déclaré le représentant égyptien. Ce qui n'a rien fait contre le climat de suspicion qui émaille cette enquête.

Après avoir présenté les condoléances de la commission d'enquête et longuement détaillé sa composition et les modalités des investigations, l'orateur a présenté les premières conclusions, si l'on peut dire. Il est resté plus que prudent sur le sujet, se refusant à prononcer les mots "attentat" ou "bombe".

"Les débris éparpillés sur une zone de 13 km² couverte jusqu'à maintenant correspondent à l'hypothèse d'une dislocation du corps de l'avion en vol. Les informations ne permettent pas pour l'instant de déterminer l'origine de cette dislocation".

Il a cependant confirmé que l'étude de l'enregistreur des conversations du cockpit (l'une des deux boîtes noires) montrait "à la dernière seconde" un son "qui nécessitera une analyse spectrale". "La commission analyse avec beaucoup d'attention tous les scénarios possibles et n'a abouti à aucune conclusion", a-t-il précisé.

Les cas de dislocation accidentelle en plein vol sont très rares dans l'histoire de l'avioation civile. La compagnie russe Metrojet a rejeté cette possibilité ne voyant que celle d'une "action extérieure". De plus, l'organisation terroriste Etat islamique a revendiqué être à l'origine du crash, mais Le Caire se refuse d'évoquer cette possibilité avant d'y être contraint par les résultats de l'enquête.

Le drame a causé la mort de 224 passagers et membres d'équipage qui avaient décollé de Charm el-Cheikh en Egypte pour Saint-Pétersbourg en Russie.

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le crash de l'A321 de Metrojet samedi 31 octobre a coûté la vie à 224 personnes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-