Hérault: à Béziers, l'huissier intervient pour des loyers impayés, il découvre un stock d'armes de guerre

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 07 septembre 2016 - 19:59
Image
Fusil d'assaut, mitraillette, arme à feu
Crédits
©Eric Piermont/AFP
Pas moins de quatre armes de guerre et plus d'un millier de munitions étaient stockées dans le logement.
©Eric Piermont/AFP
Un huissier de justice est intervenu dans un appartement pour une affaire de loyers impayés. Dans le logement vide de tout occupant, il découvre finalement un arsenal d'armes de guerre.

Surprenante découverte dans un appartement de Béziers, visiblement abandonné par son propriétaire, où les autorités ont retrouvé un véritable petit arsenal de guerre.

Mardi 6 septembre, un huissier de justice se présente dans un immeuble HLM de la cité "Le Million", à l’ouest de la ville. La cause? Il était mandaté par l’office public pour un rappel à l’ordre du locataire de l’appartement qui avait cessé de payer son loyer deuis plusieurs mois. Arrivé sur les lieux, l’huissier force la porte, pénètre dans l’appartement et y découvre en premier lieu un tas d’ordures. Et, au milieu des déchets, ni plus ni moins q’une petite panoplie pour le moins meurtrière: une kalachnikov, une réplique chinoise d’un fusil d’assaut, deux fusils, un millier de cartouche et du matériel pour fabriquer des munitions.

La police judiciaire de Montpellier a été saisie. L’homme, dont l’identité n’a pas été révélée est activement recherché. Son asbence, ainsi que les détritus jonchant l’appartement semble indiquer que si l'individu repasse peut-être sporadiquement dans les lieux, il n’habite plus effectivement le logement. Outre les impayés, il ne répondait d’ailleurs pas aux relances qui lui étaient faites, ce qui a finalement entraîné l’intervention de l’huissier.

Simple coïncidence? La barre d’immeuble où se trouve l’appartement est la même que celle où en janvier 2015 avaient été découverts 100 grammes de TATP, un puissant explosif, couramment utilisé pour les attentats perpétrés par l’Etat islamique. Cinq personnes d’origine tchétchène avaient été arrêtés suite à cette affaire.

Cependant, en l’état actuel de l’investigation, aucun signe ne laisse entendre que les armes ont été acquises dans le but de commettre une attaque terroriste.    

 

À LIRE AUSSI

Image
Robert Ménard maire de Béziers.
Béziers: l'enquête sur le "fichage" des enfants musulmans classée sans suite
Le parquet de Béziers a annoncé jeudi 2 classer sans suite l'enquête ouverte sur le présumé "fichage" des élèves de la ville en fonction de leur religion. La procédure...
03 juillet 2015 - 13:34
Société
Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don