Béziers: l'enquête sur le "fichage" des enfants musulmans classée sans suite

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Béziers: l'enquête sur le "fichage" des enfants musulmans classée sans suite

Publié le 03/07/2015 à 11:34 - Mise à jour à 11:36
©Alain Robert/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Le parquet de Béziers a annoncé jeudi 2 classer sans suite l'enquête ouverte sur le présumé "fichage" des élèves de la ville en fonction de leur religion. La procédure avait été ouverte après que le maire Robert Ménard ait avancé connaître la part de musulmans dans les écoles de sa commune.

L'affaire avait fait grand bruit. L'enquête ouverte par la justice après que Robert Ménard, maire de Béziers étiqueté Rassemblement bleu Marine, ait laissé entendre qu'il disposait de fichiers illégaux recensant les élèves musulmans dans sa ville a été classé sans suite, a annoncé jeudi 2 le parquet de Béziers. "Il n'y a rien qui permette de prouver quoi que ce soit", a ainsi annoncé le procureur de Béziers Yvon Calvet.

"Dans ma ville, il y a 64,6% des enfants qui sont musulmans dans les écoles primaires et maternelles", avait déclaré lors d'une émission de France 2, début mai, Robert Ménard. Puis de préciser comment il pouvait avancer ce chiffre: "le maire a, classe par classe, les noms des enfants. Je sais que je n'ai pas le droit de le faire. Mais pardon de vous dire que les prénoms disent les confessions. Dire l'inverse c'est nier l'évidence".

Une affirmation lourde de conséquences pour une partie de la classe politique et de la société civile, qui s'étaient émues de ce "fichage" présumé, et parfaitement illégal (la loi du 6 janvier 1978 interdit les statistiques ethniques), des élèves de la ville en fonction de leur religion. Najat Vallaud Belkacem avait ainsi déploré un acte "illégal" et "antirépublicain", tandis que Bernard Cazeneuve y voyait un retour "aux heures les plus sombres de notre histoire". François Hollande lui-même avait pris la parole pour condamner un procédé "contraire à toutes les valeurs de la République".

De son côté, l'élu a toujours assuré qu'il n'y avait "pas de fichage des élèves à Béziers". Une affirmation que l'enquête, après perquisition de la mairie et audition de Robert Ménard, n'est pas venue contredire. Ou du moins n'en a pas apporté la preuve. Quoi qu'il en soit, il n'y aura pas de poursuites judiciaires.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les statistiques ethniques sont interdites en France par la loi du 6 janvier 1978.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-