Jeu du piment: une principale d'un collège de l'Aube alerte sur un nouveau défi dangereux

Jeu du piment: une principale d'un collège de l'Aube alerte sur un nouveau défi dangereux

Publié le 14/11/2017 à 18:59 - Mise à jour à 19:05
©Photo Flickr CC-by-Peter Lorre
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Vendredi dernier, la principale d'un collège de Romilly-sur-Seine, dans l'Aube, a fait passer une note aux parents d'élèves pour les alerter qu'un nouveau défi dangereux sévissait dans la cour de récréation: le jeu du piment. Il consiste à se frotter le visage avec la plante. Mais il est très dangereux car il peut provoquer des brûlures.

Après le jeu du foulard, le blue whale challenge ou encore le train-surfing, un nouveau défi dangereux est en train de doucement polluer les cours de récréation et les réseaux sociaux. Il s'agit du jeu du piment. Selon une information révélée par L'Est Eclair, la principale du collège Le Noyer-Marchand à Romilly-sur-Seine dans l'Aube a fait passer une note aux parents d'élèves vendredi 10 pour les alerter sur ce nouveau jeu dangereux, qui a déjà fait au moins trois blessés.

"Un nouveau jeu dangereux semble faire son apparition dans les établissements scolaires. Des élèves se présentent au collège avec des piments qu’ils ouvrent et qu’ils projettent dans les yeux et dans la bouche d’autres camarades. Nous vous demandons de redoubler de vigilance avec vos enfants. Il a été rappelé ce jour à tous les élèves que l’introduction d’un piment, au même titre qu’un objet dangereux, ou son utilisation, entraînerait de suite une sanction dont vous seriez immédiatement avertis", est-il ainsi expliqué dans la lettre transmise aux parents d'élèves, via les carnets de correspondance de leurs enfants.

Trois élèves ont en effet été récemment pris en charge par le Samu à cause de brûlures infligées par le piment. Deux d'entre eux s'en étaient écrasés volontairement sur la joue.

Mais le principe de base du jeu est d'autant plus violent puisqu'il s'agit d'agression caractérisée, un peu comme pour le "hot water challenge", qui consiste à ébouillanter des inconnus. Pour l'instant, aucun autre établissement scolaire n'a fait état de victimes, mais le cas du collège Le Noyer-Marchand est une première alerte.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Plusieurs élèves du collège de Romilly-sur-Seine dans l'Aube ont été brûlés par des projections de piment sur le visage. La principale a alerté les parents d'élèves sur ce nouveau défi dangereux.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-