Lisieux: mort mystérieuse d'un bébé de trois mois chez sa nourrice

Lisieux: mort mystérieuse d'un bébé de trois mois chez sa nourrice

Publié le 26/09/2017 à 07:12 - Mise à jour à 07:20
© JOEL SAGET / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un bébé de trois mois, déposé chez sa nourrice par ses parents, a été retrouvé mort lundi, dans son lit, à Lisieux (Calvados). Une enquête a été ouverte afin de découvrir les causes du décès.

Les causes de la mort du bébé restaient un mystère ce mardi 26, au lendemain du drame. Un nourrisson de trois mois est décédé lundi à Lisieux, dans le Calvados, chez sa nourrice.

La journée avait pourtant débuté comme n'importe quelle autre selon les éléments rapportés par France Bleu Normandie. La petite fille ne se serait tout simplement pas réveillée. Ses parents l'avaient amenée chez cette assistante maternelle dans la matinée, à 8h30. Celle-ci l'a immédiatement couchée pour qu'elle termine sa nuit.

Mais cinq heures plus tard, le bébé ne s'était toujours pas manifesté. Ne parvenant à le réveiller, la nourrice a prévenu le SMUR (Service mobile d'urgence et de réanimation). Mais une fois sur les lieux et malgré leurs tentatives pour le réanimer, ils n'ont pu sauver l'enfant.

La nourrice a dû être hospitalisée, en état de choc. Une enquête a été ouverte par le parquet de Lisieux et une autopsie devrait être pratiquée dans les jours qui viennent. Aucun élément ne permettait en tout cas ce mardi de parler de mauvais traitement, et la mort subite du nourrisson apparaît comme une piste probable.

C'est en effet la première cause de mortalité chez les enfants de moins d'un an et elle touche en particulier les bébés de moins de six mois. Si l'on a tendance à parler de mort subite du nourrisson dès lors que l'enfant décède brutalement alors qu'aucun élément ne pouvait le faire craindre, il s'agit dans ce cas de mort "inattendue" du nourrisson. La mort "subite" implique que les examens post-mortem n'ont pas permis d'établir une cause du décès.

Selon l'Observatoire national de la mort inattendue du nourrisson, 400 à 500 cas seraient recensés chaque année en France. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'enfant ne se serait pas réveillée après sa sieste (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-