Loire: une détenue se suicide dans sa cellule, la piste d'une déception amoureuse?

Loire: une détenue se suicide dans sa cellule, la piste d'une déception amoureuse?

Publié le 25/12/2018 à 09:55 - Mise à jour à 09:56
© Philippe LOPEZ / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Dans la nuit de dimanche à lundi, une détenue de 23 ans s'est pendue dans sa cellule dans une prison de la Loire. Condamnée pour avoir tué son père, elle devait bénéficier d'un aménagement de peine en 2019.

Elle espérait un aménagement de peine mais c'est finalement le désespoir qui l'a emporté. Une détenue de 23 ans s'est suicidée dans sa cellule dans la nuit du dimanche 23 au lundi 24. Elle purgeait une peine de prison pour homicide.

Les faits se déroulent dans le centre pénitentiaire de La Talaudière dans le département de la Loire. La jeune femme a été retrouvée pendue vers 5h du matin lors de la ronde des surveillants de l'établissement. Elle s'est donnée la mort dans la nuit.

Elle avait pourtant devant elle des perspectives d'aménagement de peine. Condamnée en octobre dernier dans le Gard à huit ans de prison pour avoir abattu son père d'une balle dans la nuque en 2016, sur fond de violences familiales, elle devait probablement profiter d'un aménagement de peine à partir du printemps 2019.

Lire aussi: En prison, le rugby comme passeport pour la réinsertion

Décrite comme une détenue calme et sans problèmes de dépression connus, la jeune femme pouvait espérer voir ses conditions de détention s'améliorer. Et selon les déclarations de son avocat, ce serait une autre raison qui aurait pu motiver son passage à l'acte: une relation amoureuse "qui se serait nouée avec une autre détenue et qui se serait mal terminée". Cette pise ne reste cependant qu'une hypothèse.

Le parquet de Saint-Etienne a ouvert une enquête sur cette mort et une autopsie devrait être effectuée jeudi 27. Depuis le début de l'année, 100 détenus se sont suicidés dans les prisons françaises selon l'Observatoire international des prisons.

Voir aussi:

La radicalisation dans les prisons belges, "un problème considérable"

En prison, ces codétenus qui "apaisent" pour prévenir le suicide

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La détenue s'est donnée la mort dans sa cellule.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-