LuxLeaks: 18 mois de prison requis contre les lanceurs d'alerte, amende contre le journaliste Edouard Perrin

LuxLeaks: 18 mois de prison requis contre les lanceurs d'alerte, amende contre le journaliste Edouard Perrin

Publié le 10/05/2016 à 15:30 - Mise à jour à 15:32
©Damien Meyer/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Dix-huit mois de prison ont été requis ce mardi contre les lanceurs d'alerte Raphaël Halet et Antoine Deltour, jugés car soupçonnés d'être à l'origine des fuites qui ont entraîné le scandale "LuxLeaks". Le procureur a demandé une amende contre le journaliste Edouard Perrin, qui avait divulgué ces informations.

La justice luxembourgeoise a requis ce mardi 10 dix-huit mois de prison à l'encontre des deux anciens employés français du cabinet d'audit PwC à l'origine des "Luxleaks", ces fuites de documents qui ont mis au jour les pratiques fiscales décriées du Grand-Duché.

Le procureur, "pas opposé" à ce que ces peines soit intégralement assorties d'un sursis, a aussi demandé une amende, sans préciser de montant, à l'encontre du journaliste Edouard Perrin, lui aussi français, qui avait porté ces documents à la connaissance du grand public.

Auparavant les avocats des trois hommes avaient demandé leur relaxe. Après un dernier droit de "réplique" offert mercredi dernier aux différentes parties, le tribunal devait mettre son jugement en délibéré, probablement jusqu'à la deuxième quinzaine de juin.

Pour le procureur David Lentz, Antoine Deltour et Raphaël Halet, contre qui des amendes ont également été requises, "ne sont pas des lanceurs d'alerte. Et Perrin a transgressé le droit pénal".

"Ce procès devait avoir lieu. C'est désagréable, mais mon rôle est de protéger la société contre les abus", s'est justifié le procureur.

Les deux anciens employés du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC), Antoine Deltour et Raphaël Halet, comparaissaient depuis le 26 avril avec le journaliste Edouard Perrin, pour avoir soustrait à la firme puis publié près de 30.000 pages de documents éclairant les pratiques fiscales de multinationales établies au Luxembourg. Ils encourent en théorie jusqu'à dix ans d'emprisonnement.

Avant de se lancer dans ses réquisitions, David Lentz a reconnu que leurs agissements avaient permis de dévoiler "certaines pratiques douteuses", en soulignant prendre en considération l'intérêt suscité dans l'opinion par leurs révélations.

Antoine Deltour, poursuivi pour vol, divulgation de secrets d'affaires, violation de secret professionnel, blanchiment et fraude informatique, avait copié sur son disque dur des centaines de "rulings", ces accords passés entre l'administration luxembourgeoise et PwC sur le traitement fiscal futur des clients de la firme, généralement à des taux dérisoires.

Ces mécanismes avaient dans un premier temps été évoqués dans l'émission Cash investigation, diffusée en mai 2012 sur France 2, avant d'apparaître au grand jour, dans leur intégralité, en novembre 2014 sur le site du Consortium international de journalistes d'investigation, l'ICIJ (également à l'origine des "Panama Papers").

Lors du procès, Antoine Deltour, 31 ans, a revendiqué son statut de lanceur d'alerte, se disant "fier" d'avoir fait avancer le débat fiscal en Europe. "On pouvait espérer que l'indignation suscitée aboutisse à des actions politiques concrètes", a-t-il souligné.

Son avocat Me William Bourdon a évoqué mardi dans sa plaidoirie ce vaste débat qu'avaient engendré les révélations et l'action de la Commission européenne présidée depuis fin 2014 par Jean-Claude Juncker, qui était Premier ministre du Luxembourg au moment des faits.

"Juncker, grâce à Antoine Deltour, a fait de la lutte contre l'évasion fiscale l'une des priorités de la Commission", a affirmé l'avocat.

De son côté le journalise Edouard Perrin, 45 ans, poursuivi notamment pour complicité de violation du secret professionnel, a refusé lors du procès d'être dépeint en "commanditaire" des fuites ou en "voleur", mettant en garde à l'issue de son audition sur la possibilité que sa profession ait de plus en plus à affronter la justice.

Le troisième accusé, Raphaël Halet, 40 ans, a lui aussi assumé ses actes. L'ancien responsable de la numérisation et de l'archivage du service fiscal de PwC a affirmé avoir exercé son "devoir d'alerte" en tant que "citoyen", après avoir été "choqué" à la vue de l'émission Cash investigation.

Il a ainsi pris contact avec le journaliste et lui a communiqué 16 déclarations fiscales de clients de PwC. Certaines ont été utilisées au cours d'un deuxième reportage de Cash investigation diffusé en 2013. Toutes ont été publiées par l'ICIJ en novembre 2014.

"C'est moi qui ai décidé quelles sociétés et quels documents" fournir à Edouard Perrin, a précisé M. Halet lors du procès, revenant sur ses déclarations au juge d'instruction (en janvier 2015), dans lesquelles il avait dit que le journaliste avait téléguidé la fuite de documents. Ce que le procureur a répété ce mardi.

A la barre, Raphaël Halet est apparu volubile alors qu'il avait maintenu la distance avec les médias pendant toute l'année d'instruction, en vertu d'un accord passé en décembre 2014 avec son ancien employeur.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le délibéré du procès dit "LuxLeaks" est attendu pour fin juin.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-