Millau: le meurtrier de Aude,tuée en 2013, déclaré irresponsable

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Millau: le meurtrier de Aude,tuée en 2013, déclaré irresponsable

Publié le 10/06/2015 à 17:35 - Mise à jour à 17:44
©Morebyless/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): DD.
-A +A

Le meurtrier d'une collégienne à Millau en 2013 a été reconnu irresponsable par la justice, et interné d'office dans un hôpital psychiatrique. Il présentait avant le drame un parcours personnel désespéré sur le plan de la santé mentale.

Thomas Gavalda ne sera pas jugé pour le meurtre d'Aude Rouvelet, collégienne en classe de troisième, que l'homme de 28 ans a tué de 25 coups de couteau sans raison. La Chambre d'instruction de la cour d'appel de Montpellier a en effet déclaré l'individu pénalement irresponsable, car incapable du moindre discernement du fait de son très lourd profil côté santé mentale. Il a d'ailleurs été placé d'office en hôpital psychiatrique pour une durée indéterminée, sans possibilité de sortir sans aval des experts.

Rappel des faits. Ce soir du 6 décembre 2013, dans la commune de Millau dans l'Aveyron, Aude passe la soirée dans l'appartement d'une amie dont les parents étaient absents. Vers minuit, Thomas Gavalda, un voisin, sonne à la porte. La jeune Aude, 14 ans, lui ouvre et le visiteur lui tient immédiatement des propos délirants où se mêlent "démons", "vengeance" et accusation portée à Aude "d'avoir brûlé son père" selon le rapport d'audience effectué par le quotidien régional Sud-Ouest. Puis la violence folle s'abat sur la collégienne, qui tente dans un élan désespéré d'échapper aux coups de couteau mortels en se protégeant avec une chaise, sous les yeux horrifiés de son amie impuissante. La police arrivée sur les lieux trouvera Aude agonisante et Thomas Gavalda assis dans la rue, couvert de sang, et continuant son monologue fou.

Même si de tels passage à l'acte sont difficiles à prévoir, le profil de Thomas Gavalda a été jalonné par la maladie mentale. Premiers troubles à dix ans, usage fréquents de drogues dès treize ans, le jeune homme a ensuite alterné séjours en hôpital psychiatrique -où il a subi des traitements par électrochocs, méthode décriée en France et donc réservée au cas désespérés- et gardes à vue pour usage de stupéfiants. Hospitalisé de force en octobre 2013 à Rodez, il a été laissé libre une semaine plus tard. Deux mois après, il commettait l'irréparable, après avoir au préalable jeté par la fenêtre sa télévision à travers laquelle ses "démons" lui parlaient.

 

Auteur(s): DD.

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La victime est morte sous les 25 coups de couteau portés par son agresseur (image d'illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-