Paris: à coups de pétards, ils font croire à un attentat pour voler les usagers du métro

Paris: à coups de pétards, ils font croire à un attentat pour voler les usagers du métro

Publié le 29/02/2016 à 11:20 - Mise à jour à 11:26
©Benoît Tessier/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un groupe de six pickpockets est soupçonné d'avoir employé, dimanche matin, un mode opératoire aussi nouveau que détestable pour voler dans le métro: faire croire à un attentat pour profiter ensuite de la panique. Quatre suspectes ont été arrêtées, deux hommes ont réussi à prendre la fuite.

Les passagers du métro parisien présent à la station Tuileries ont eu la peur de leur vie. Un groupe de six pickpockets a en effet provoqué intentionnellement un mouvement de panique en lançant des pétards dans une rame à quai, dans la matinée dimanche 28. Leur but: faire croire à une attaque terroriste et profiter de la panique pour détrousser les voyageurs, selon RTL qui a dévoilé les faits.

Dimanche, en fin de matinée, une rame de métro circulant sur la ligne 1 est à quai à la station Tuileries lorsque des explosions ont éclaté. Immédiatement, un mouvement de panique a créé la plus grande pagaille dans les souterrains, les usagers croyant à un attentat terroriste. Le trafic a été également interrompu tandis que de nombreux membres des forces de l'ordre se sont rendus sur place, a indiqué la préfecture de police de Paris.

Une fois l'affolement passé, les autorités ont réalisé qu'il n'y avait pas eu d'attaque terroriste. Car c'était plutôt une manœuvre de diversion tentée par des voleurs, deux hommes et quatre femmes, qui voulaient profiter de la panique pour détrousser les voyageurs. "Du jamais-vu", a commenté une source policière auprès de RTL.

Les quatre femmes soupçonnées d'avoir employé ce mode opératoire très particulier ont été interpellées aux abords de la station, selon France Info. Elles doivent être poursuivies pour "tentative de dégradation par moyen dangereux", "mise en danger de la vie d'autrui", "violences volontaires en réunion avec arme dans un transport collectif de voyageurs". Les deux hommes qui les accompagnaient au moment des faits ont pour leur part réussi à prendre la fuite.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Faire croire à un attentat pour voler dans le métro: "du jamais-vu", a commenté un policier.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-