Pau: la police refuse d'enregistrer la plainte d'un SDF violemment agressé

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Pau: la police refuse d'enregistrer la plainte d'un SDF violemment agressé

Publié le 02/03/2018 à 10:12 - Mise à jour à 10:21
© JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un sans-abri de Pau, agressé dans la rue, a été refoulé à quatre reprises du commissariat où il comptait porter plainte dimanche dernier. Les motifs évoqués par les policiers étaient pour le moins surprenants

C'est un déchainement de violence physique qui s'est abattu sur "Kip", du surnom d'un sans-abri de Pau, samedi 24. Après les coups, a suivi l'humiliation et la violence administrative. En effet, la police a refusé par quatre fois de prendre la plainte de la victime, pour des prétextes pour le moins surprenants.

Selon France Bleu Béarn qui révèle l'information, Kip a été gratuitement agressé par un autre homme très violemment, près des Halles de Pau. Assis sur le sol, la victime a reçu un coup de pied à la tête puis de nombreux autres coups alors qu'il se trouvait au sol. L’agresseur a ensuite jeté ses deux sacs au milieu de la rue avant de lui lancer des canettes de bière.

Voir également - Interpellé sans pièce d'identité, un Franco-Camerounais a été placé en centre de rétention administratif

Kip se présente au commissariat de Pau le dimanche 25 à 7h30 du matin mais le bureau des plaintes n'est pas encore ouvert, il est donc congédié. Il se représente alors vers 8h dans l'espoir de voir enfin sa plainte enregistrée. Nouveau refus d'une fonctionnaire de police qui lui explique qu'elle ne peut rien faire sans certificat médical malgré son œil poché.

Lors de sa troisième tentative, Kip assure avoir au moins deux témoins de son agression. Le fonctionnaire de police lui demande alors l'identité de son agresseur, ce qu'il ignore. Nouveau refus de dépôt de plainte, car dans ce cas là "on ne peut rien faire" lui assure le policier. Même motif de refus la quatrième fois.

Brigitte Pommereau, cheffe départementale de la police, a reconnu auprès de France Bleu Béarn qu’il s’agissait d’un "loupé des services". Finalement Kip est invité à se présenter au commissariat ce vendredi 2 au matin pour une plainte en bonne et due forme et une enquête à la hauteur de la violence subie par cet homme.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La cheffe départementale de la police a reconnu qu’il s’agissait d’un "loupé des services".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-