Policière noyée dans la Seine: deux de ses collègues mis en examen

Policière noyée dans la Seine: deux de ses collègues mis en examen

Publié le 18/06/2019 à 14:59 - Mise à jour à 15:14
© Thomas SAMSON / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Deux policiers de la brigade fluviale de Paris ont été mis en examen lundi 17 pour homicide involontaire. Leur réaction est mise en cause dans le drame qui a coûté la vie à leur jeune collègue en janvier 2018, lors d'un exercice sur la Seine.

Le 5 janvier 2018, Amandine, policière au sein de la brigade fluviale de Paris âgée de 27 ans, disparaissait dans la Seine au cours d'un exercice. Les questions sur les conditions dans lesquelles cet entraînement avait été réalisé –pendant une crue hivernale du fleuve parisien- avaient rapidement été soulevées. Plus de 16 mois après les faits, deux policiers ont été mis en examen pour homicide involontaire.

Outre les conditions très défavorables et le fait que la jeune femme était novice en la matière, le comportement et la réaction de ses collègues avaient été mis en cause. Le chef de bord aurait eu "le nez sur son téléphone portable" au moment des faits.

Voir: Paris - un corps, les mains liés avec du fil barbelé, repêché dans la Seine

Amandine, équipée d'une bouteille et d'une ceinture de plomb était assurée par une ligne de vie. La procédure veut qu'un plongeur en difficulté se déleste de ce matériel lourd puis gonfle son gilet pour remonter à la surface. Ce n'est qu'alors qu'un autre policier peut lui venir en aide.

Mais selon les éléments de l'enquête rapportés, un de ses collègues s'est immédiatement jeté à l'eau, sans prendre la peine de s'équiper, et s'est lui-même retrouvé en difficulté. Le second aurait alors lâché la ligne de vie pour lui venir en aide. "Amandine a été livrée à la Seine avec un équipement d’une quarantaine de kilos, et elle n’est pas parvenue à gonfler son gilet. Elle a coulé à pic", avait dénoncé le syndicat de policiers Unsa.

Les parents de la victime ont porté plainte avec constitution de partie civile. L'homicide involontaire (par imprudence ou manquement à une obligation de sécurité) est punissable de trois ans de prison, cinq ans lorsqu'il résulte d'une "violation manifestement délibérée" d'une loi ou d'un règlement.

"Cette mise en examen qui a mis à jour la déliquescence de cette unité « respirant la testostérone » –composée principalement d’hommes, 94 pour 9 femmes–, selon une policière, pourrait être le coup fatal… Depuis la mort d’Amandine, la «Fluv», jadis l’un des fleurons de la police parisienne, voit les demandes de mutation se succéder", note Le Parisien.

Déjà en avril 2018, Le Canard enchaîné avait contredit la version de la préfecture qui avait évoqué d'abord un exercice prévu de longue date et impliquant une policière expérimentée.

Lire aussi:

Landes: un enfant de 3 ans meurt noyé dans la piscine de ses parents

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Deux collègues de la policière décédée ont été mis en examen pour homicide involontaire.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-