Prise d'otages porte de Vincennes: ce qu'il s'est passé

Prise d'otages porte de Vincennes: ce qu'il s'est passé

Publié le 09/01/2015 à 18:53 - Mise à jour à 19:10
©François Mori/AP/Sipa.
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Proche des frères Kouachi, Amedy Coulibaly s'est livré à une prise d'otages ce vendredi porte de Vincennes. Avant que l'assaut ne soit donné, le terroriste a pu abattre trois ou quatre de ses otages.

Il est presque 13h lorsqu'une fusillade éclate au niveau de la porte de Vincennes, dans l'est de Paris. Très vite, la nouvelle tombe: une prise d'otages est en cours dans une épicerie casher. Le quartier est rapidement bouclé et les forces de l'ordre resteront en place durant plus de quatre heures. Rapidement, l'identité du preneur d'otages est révélée par la préfecture de police de Paris dans un appel à témoin: il s'agit d'Amedy Coulibaly, l'homme qui avait tué une policière municipale et blessé un agent de la voirie jeudi matin à Montrouge, au sud de Paris.

L'homme est originaire de Juvisy-sur-Orge (Essonne), et était lié à l’un des deux frères Kouachi, Chérif. En effet, ce suspect avait été impliqué dans la tentative d’évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, membre de GIA algérien, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour sa participation aux attentats contre le RER Saint-Michel en 1995. Coulibaly a été condamné à cinq ans de prison en 2010, il a été libéré fin 2014.

Amedy Coulibaly s'enferme donc en début d'après-midi dans l'épicerie "Hyper Casher" avec une dizaine d'otages, dont des femmes et des enfants. Très vite, il fait savoir aux forces de l'ordre qui l'encerclent qu'il tuerait tous ses otages si le GIGN donne l'assaut contre les frères Kouachi, retranchés dans un entrepôt à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne).

Malgré plusieurs tentatives de conciliation avec l'aide de son avocat et de l'un de ses anciens codétenus, Coulibaly refuse de se rendre. Vers 17h, les frères Kouachi sortent de l'entrepôt de Dammartin-en-Goële où ils s'étaient retranchés afin de mourir en martyrs, les armes à la main, contre les hommes du GIGN. Selon toute vraisemblance, apprenant cela, Amedy Coulibaly se met à exécuter les otages qu'il retenait. Quasiment immédiatement, les hommes du RAID et de la BRI lancent l'assaut pour sauver ceux qui peuvent encore l'être. La suite est confuse, explosions, coups de feu en rafales, puis des otages sortent en courant de l'épicerie et sont rapidement pris en charge par les forces de l'ordre.

Malheureusement, à l'intérieur du bâtiment, le bilan est lourd. Avant que Coulibaly soit abattu par les forces d'élites de la police, il a eu le temps de tuer trois personnes (peut-être quatre, on ignorait dans la soirée l'identité de la quatrième victime) et d'en blesser gravement quatre autres. Le pronostic vital de ces derniers est engagé alors qu'ils ont été évacués d'urgence vers les hôpitaux parisiens. Lors de l'assaut, deux membres des forces de l'ordre ont également été blessés.

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les ambulances des pompiers, juste après l’assaut donné porte de Vincennes.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-