Une sexagénaire en garde à vue pour agressions sur des femmes voilées

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Une sexagénaire en garde à vue pour agressions sur des femmes voilées

Publié le 30/11/2017 à 17:53 - Mise à jour à 17:57
© VALERY HACHE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Six mères de famille ont récemment porté plainte à Perpignan après des agressions et insultes répétées qu'elles ont subies ces derniers mois de la part d'une femme de 61 ans. Elles l'accusent d'islamophobie. La sexagénaire a été arrêtée et placée en garde à vue mardi. Une expertise psychiatrique a été commandée.

Une retraitée de 61 ans a été arrêtée puis placée en garde à vue mardi 28 à Perpignan dans les Pyrénées-Orientales suite aux plaintes de six mères de famille de confession musulmane, qui l'accusent de nombreux actes islamophobes.

Selon France 3 Occitanie qui révèle l'affaire, les six victimes sont allées porter plainte au commissariat de Perpignan entre le 21 et le 24 novembre, sur les conseils de l'association Coordination contre le racisme et l'islamophobie.  

Elles soutiennent être la cible depuis des mois d'insultes (elle leur aurait notamment dit de "rentrer dans leur pays") et d'agressions physiques (coups de coude, bousculades…), particulièrement lorsqu'elles emmènent leurs enfants à l'école (située dans le quartier Saint-Gaudérique). Elles ont aussi expliqué que cette femme avait tenté à plusieurs reprises de foncer sur elles avec sa voiture, sans se soucier de la présence des enfants ou non.

Selon ces six femmes, la sexagénaire a agi uniquement par haine de la religion musulmane et les a attaquées car elles portaient le voile.

Lire aussi: La CEDH valide l'interdiction du port du niqab en Belgique

La retraitée en question a donc été arrêtée et placée en garde à vue mardi. Elle a reconnu, lors de son interrogatoire, quasiment tous les faits, sauf celui concernant les tentatives de foncer sur ses victimes en voiture.

Cependant, le parquet a commandé une expertise psychiatrique pour déterminer si elle est responsable de ses actes, et donc si elle se risque à une sanction pénale ou devra se plier à une obligation de soins.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Une femme retraitée de 61 ans a été placée en garde à vue mardi à Perpignan. Elle a reconnu les insultes à l'encontre de six mères de familles de confession musulmane.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-