Soudan: une jeune femme de 19 ans violée et condamnée à mort

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Soudan: une jeune femme de 19 ans violée et condamnée à mort

Publié le 11/05/2018 à 16:55 - Mise à jour à 16:59
© DAMIEN MEYER / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une jeune femme de 19 ans a été reconnue coupable de meurtre fin avril au Soudan. Elle a tué son mari, auquel elle a été mariée de force et qui l'a violée avec deux de ses frères et un cousin. Amnesty international a dénoncé cette ignominie.

Une Soudanaise de 19 ans a été condamnée fin avril dernier à la peine de mort pour avoir tué en position de légitime défense un certain Abdulrahman, son mari violeur.

Prénommée Noura, la jeune femme, mariée de force à l'âge de 16 ans, avait été contrainte d'aller vivre dans le domicile "conjugal" à la fin de ses études.

Début mai 2017, elle a refusé de coucher avec son mari. Pour la punir, ce dernier a appelé deux de ses frères et un cousin pour qu'ils l'aident à la violer. Ils l'ont tenue fermement pendant que le mari abusif se livrait à ses exactions.

Lire aussi: Inde - une seconde adolescente violée, aspergée d'essence et brûlée

Le lendemain, seule avec elle dans sa maison, il a encore voulu la violer mais elle a réussi à se saisir d'un couteau et l'a poignardé à plusieurs reprises au cours d'une altercation.

Selon le récit d'Amnesty International, qui a dénoncé la décision de justice, la jeune femme avait couru se réfugier chez ses parents juste après les faits, mais son père l'avait livrée à la police.

Police qui, après avoir constaté les traces de coups et de morsures sur Noura, l'a placée en détention. Et elle a donc été condamnée à mort le 29 avril par le tribunal d'Omdurman.

Lors du procès, le juge a invoqué une loi datant de 1991 qui ne reconnaît pas le viol conjugal.

"Noura est une victime et la peine prononcée contre elle est intolérable et cruelle", s'est scandalisé Seif Magango, un responsable d'Amnesty International.

Pour lui, cette décision de justice est d'une "intolérable cruauté" et ne fait que souligner "l'incapacité des autorités soudanaises à reconnaître la violence" qu'endurent les victimes de viol conjugal.

Dans son communiqué, Amnesty International explique aussi être contre la peine de mort, dans n'importe quelles circonstances.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Au Soudan, une jeune femme de 19 ans, mariée de force à l'adolescence, a écopé de la peine capitale pour avoir tué son mari violeur.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-