Tariq Ramadan visé par une cinquième plainte pour viol

Tariq Ramadan visé par une cinquième plainte pour viol

Publié le 13/04/2018 à 16:21 - Mise à jour à 16:27
© MARTIN BUREAU / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une Suisse a déposé plainte pour viol contre Tariq Ramadan auprès de la justice helvétique. Elle accuse l'islamologue de l'avoir frappée et de lui avoir imposé des actes sexuels dans un hôtel de Genève en 2008.

Nouveau coup dur pour Tariq Ramadan. Déjà sous le coup de trois plaintes pour viol en France et une aux Etats-Unis pour agression sexuelle, l'islamologue est de nouveau dans le viseur de la justice, en Suisse cette fois.

Selon la Tribune de Genève, le théologien est mis en cause par une ressortissante suisse qui l’accuse de "séquestration, contrainte sexuelle et viol avec la circonstance aggravante de la cruauté". L’agression de plusieurs heures se serait produite en 2008, soit avant les quatre autres, souligne le quotidien.

Cette femme, âgée d'une quarantaine d'années au moment des faits avait fait la connaissance de Tariq Ramadan lors d'une conférence à Genève en septembre 2008 au cours de laquelle ils échangent leur carte de visite. L'islamologue controversé aurait alors pris contact avec elle par le biais d'une messagerie instantanée. "Il se montrait parfois taquin, pouvant ainsi me traiter par exemple de «coquine», et j’étais séduite", reconnaît-elle, dans sa plainte consultée par la Tribune de Genève.

Voir - Accusations de viol: l'enquête met à mal un alibi de Tariq Ramadan 

Les deux se revoient quelques semaines plus tard dans un grand hôtel de la Cité de Calvin. Elle dit avoir repoussé une première fois ses avances mais accepté de se rendre dans sa chambre d'hôtel, pour l'aider à se préparer à une émission de télévision, où il a fait monter au préalable une planche et un fer à repasser.

"M. Ramadan s’est baissé pour brancher ou débrancher un appareil. Je me trouvais alors derrière lui (…). Au moment où il s’est redressé, son visage s’était transformé. Il m’a alors basculée sur le lit (…) et est tombé sur moi. Je lui ai immédiatement demandé d’arrêter", précise-t-elle.  Et d'ajouter: "Je n’ai pas crié, de peur qu’il me frappe. Il s’est mis à m’insulter (…) J’ai eu peur de mourir. J’étais terrifiée et paralysée". Tariq Ramadan lui aurait alors imposé plusieurs actes sexuels sous la contrainte, pendant plusieurs heures. "Il me disait qu’il y avait deux catégories de femmes qui refusaient d’embrasser: les prostituées et les espionnes. Il m’a alors redemandé si j’étais des RG", témoigne-t-elle. Elle précise avoir reçu des gifles à plusieurs reprises. Pétrifiée, elle dit ne pas avoir osé appeler au secours, allant jusqu’à faire la morte: "J’avais l’espoir qu’il s’endorme pour pouvoir m’enfuir".

Lire aussi - Tariq Ramadan a payé une femme pour qu'elle taise leur relation

Elle serait parvenue à quitter la chambre vers 6h du matin. Envisageant de porter plainte un temps, elle se serait ravisée par peur de représailles.

Celle qui garde encore des séquelles psychologique de son agression présumée aurait trouvé le courage de porter plainte avec la libération de la parole des femmes. "Sa motivation est née du courage des autres victimes qui se sont exprimées", précise le quotidien.

Tariq Ramadan, 55 ans, qui a longtemps été une figure médiatique et influente de l'islam en Europe, est incarcéré en France depuis sa mise en examen pour viols en février, dans l'enquête ouverte après les plaintes de deux femmes fin octobre.

Début mars, une troisième femme a porté plainte, affirmant avoir subi de multiples viols entre 2013 et 2014. Tariq Ramadan conteste ces accusations.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Cinquième plainte pour viol pour Tariq Ramadan.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-