Terrorisme: des enquêtes sur les personnes travaillant dans les transports vont êtres mises en place

Terrorisme: des enquêtes sur les personnes travaillant dans les transports vont êtres mises en place

Publié le 25/01/2017 à 13:32 - Mise à jour à 13:33
©Meigneux/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Pour anticiper une attaque djihadiste, le gouvernement a annoncé sa volonté de lancer une campagne d'enquêtes administratives sur les personnes travaillant dans le domaine du transport. Jusqu'à 250.000 personnes pourraient être concernées.

Le gouvernement va créer un "service national des enquêtes administratives de sécurité", chargé de procéder au "criblage" des personnes travaillant dans les transports, sur fond de menace djihadiste élevée, a-t-on appris mercredi 25 de source gouvernementale.

"Potentiellement, 200 à 250.000 personnes en lien direct avec la sécurité des usagers pourraient faire l'objet d'une enquête administrative destinée à vérifier que leur comportement n'est pas incompatible avec l'exercice de leurs fonctions ou des missions envisagées", a estimé Louis Gautier, secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN).

Ce nouveau service, rattaché à la Direction générale de la police nationale et composé de 24 policiers et gendarmes, pourrait fonctionner à compter du 1er mars, sous réserve de la publication des décrets nécessaires, a-t-il précisé.

C'est l'une des mesures du plan d'action interministériel pour le renforcement de la sécurité dans les transports, un secteur ciblé par les jihadistes, comme en août 2015 dans le Thalys et en mars 2016 à l'aéroport de Bruxelles.

Ce plan, qui vise à renforcer la sûreté des transports et mobiliser les opérateurs, notamment pour la sécurisation des aéroports et des gares, a été présenté mercredi en conseil de défense et de sécurité nationale.

"Le maintien de la menace terroriste à un niveau durablement élevé et les cibles particulièrement attractives que représente le secteur des transports appellent à renforcer, de manière pérenne, notre dispositif de sécurité", estime le SGDSN, qui planche depuis plusieurs mois sur des préconisations.

Ce plan, dont la coordination a été confiée au SGDSN, veut notamment l'extension des audits de sûreté aux transports terrestres, déjà opérationnels dans les transports aériens et maritimes et au recours d'unités cynotechniques pour la recherche d'explosifs.

Afin d'accélérer le déploiement des nouvelles technologies visant à cibler plus vite les situations d'urgence, un appel à projets, d'un coût de plus de 10 millions d'euros sur trois ans, a été lancé pour créer un consortium avec des industriels, des opérateurs et les administrations de l'état concernées. Il devrait déboucher sur des propositions à la mi-février.

"Nous voulons créer une espèce de plateforme qui permet de mutualiser les projets les plus intéressants pour faciliter l'expression d'un besoin et des niveaux de commande qui fassent que les industriels soient eux-mêmes intéressés au développement de tel ou tel système", a expliqué Louis Gautier.

"Le but de cette plateforme, c'est de tester les nouvelles technologies dans un contexte opérationnel et voir comment elles permettent d'augmenter la capacité de détection et de vigilance des personnels de sécurité déjà déployés", a-t-il ajouté, faisant référence notamment à la vidéoprotection intelligente ou la détection à distance d'objets illicites.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le service chargé des enquêtes devrait débuter le 1er mars.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-