"Véritable boucherie" à Bourges: un chirurgien accusé d'homicide sur un patient

"Véritable boucherie" à Bourges: un chirurgien accusé d'homicide sur un patient

Publié le 18/04/2016 à 12:58 - Mise à jour à 13:03
©US Navy
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Suite à une banale opération de la prostate un sexagénaire en bonne forme est décédé, en janvier dernier dans le Cher. La famille a porté plainte contre le chirurgien, décrit par les autres personnels soignants présents au bloc comme "insultant" et "brutal". L'anesthésiste dénonce même, par écrit, "des gestes violents à l'origine des fortes pertes hémorragiques" qui ont entraîné la mort.

"Cette intervention était une véritable boucherie, indigne de n'importe quel bloc opératoire". Voici ce qu'on écrit les personnels présents lors de l'opération, bénigne, d'un homme de soixante ans, sous le choc du comportement du chirurgien dont les gestes "brutaux" ont, selon eux, conduit au décès du patient, le 14 janvier dernier à l'hôpital de Bourges (Cher). Un rapport au vitriol qui a conduit la famille du sexagénaire à porter plainte pour "homicide involontaire", dévoile ce lundi 18 Le Parisien.

Le chirurgien était "agité, en colère, parlant fort" et insultant les infirmières, décrivent ainsi les soignants. "Pas dans son état normal, inaccessible à tout raisonnement", enfonce un coordinateur de bloc cité par le quotidien de la capitale. Un comportement à peine croyable s'il n'y avait pas autant de témoignages concordants, écrits qui plus est. Pourquoi ne pas l'avoir empêché d'opérer dans ce cas? Tout simplement car aucun autre n'était disponible à ce moment-là.  

Le rapport de l'anesthésiste ayant participé à l'opération décrit ainsi le même contexte et relate, minute par minute, l'intervention. "Le chirurgien continue à pratiquer des gestes brutaux et violents à l'origine des fortes pertes hémorragiques, plus de cinq litres", malgré les alertes lancées par le personnel, détaille ainsi le spécialiste. Celui-ci constate alors que l'état du patient se dégrade rapidement, ce qu'il dit signaler au chirurgien à "plusieurs reprises" et réclame alors d'"arrêter l'intervention" sans succès. Moins d'une heure plus tard, le patient succombe.

Le personnel, à l'exception du chirurgien, se réunit alors. "Nous sommes tous parvenus à la conclusion que cette intervention était une véritable boucherie, indigne de n'importe quel bloc opératoire", dénoncent-ils par écrit, sous le choc. L'ensemble des anesthésistes de l'hôpital a dans la foulée décidé "collectivement de ne plus prendre en charge, au bloc opératoire, les patients du docteur (...) pour des raisons de compétence et d'aptitude mentale".

Pire, "l'hôpital a tenté d'étouffer l'affaire", dénonce la fille de la victime dans les colonnes du Parisien. "Au début, nous n'avons pas soupçonné qu'il y avait quelque chose de louche", dit-elle. Puis, alertée par une connaissance, la famille décidé de réclamer le dossier médical et doit se battre pour avoir accès au rapport d'opération qui est dans un premier temps dissimulé. "On était abasourdi de ce que nous découvrions. Il s'était passé quelque chose de très grave, et on nous le cachait", raconte la fille, ce que conteste l'hôpital.

Une enquête a été ouverte.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les anesthésistes de l'hôpital ont décidé de "ne plus prendre en charge les patients du docteur (...) pour des raisons de compétence et d'aptitude mentale".

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-