Consultations à 25 euros: un phénomène "limité" mais "inacceptable"

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Consultations à 25 euros: un phénomène "limité" mais "inacceptable"

Publié le 06/04/2015 à 18:29 - Mise à jour le 07/04/2015 à 11:18
©Xavier Vila/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): VL

-A +A

Depuis plusieurs jours, certains médecins généralistes facturent la consultation 25 euros au lieu de 23 euros. Une pratique que condamne le directeur de la caisse nationale d'assurance maladie (CNAM).

A l'appel du syndicat de médecins généralistes MG France, certains médecins pratiquent depuis quelques jours la facturation de la consultation à 25 euros au lieu de 23 euros. Un tarif qu'il est pourtant interdit de modifier.

MG France avait, jeudi 26 mars, lancé cette opération "chaque fois que c’est possible sans pénaliser le patient ou le médecin". Le fameux tiers payant instauré par le projet de loi santé de Marisol Touraine n'est donc pas le seul motif de colère.

En effet, la grande majorité des médecins généralistes (90%) sont affiliés en termes de tarifs au secteur 1, selon la grille de la sécurité sociale. Ce système autorise les spécialistes à pratiquer une base de facturation de 25 euros.

Des négociations sur le sujet doivent être ouvertes entre les généralistes et l'assurance maladie en 2016. Le directeur de la CNAM (Caisse nationale d'assurance maladie), Nicolas Revel, ne compte donc pas céder face à cette opération.

Interrogé par Le Quotidien du médecin, il a rappelé ce lundi que la mobilisation autour de cette opération reste "très limitée". Seules "quelques centaines de surcotassions" ont été recensées. Mais le phénomène "n'en est pas moins inacceptable". La CNAM n'a en effet pas l'intention de rembourser les patients autrement que sur la base des 23 euros. Ce seront donc à eux de supporter les dépassements non-autorisés.

Ce qui ne signifie pas que les médecins qui facturent la consultation à 25 euros ne risquent rien. Certes, la sanction ne sera ni immédiate, ni automatique à en croire Nicolas Revel: "Nous commencerons évidemment par une étape de dialogue et de rappel des règles mais, au-delà, notre responsabilité sera d’appliquer les pénalités financières prévues par la loi comme par la convention elle-même", prévient-il.

 

Auteur(s): VL


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le syndicat MG France demande à ce que la rémunération des généralistes soit calquée sur celle de nombreux spécialistes, à 25 euros.

Newsletter





Commentaires

-