Les cocoricos de France Soir : Franck Si-Hassen (fondateur de Rematch), diffuseur de match amateur

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Les cocoricos de France Soir : Franck Si-Hassen (fondateur de Rematch), diffuseur de match amateur

Publié le 09/02/2021 à 16:31
FS
PARTAGER :

Auteur(s): Yan Labêche pour FranceSoir

-A +A

La Covid-19 a surement changé pour plusieurs années notre vision des matchs de rugby, volley ou football. Et pas uniquement pour les vedettes des premières ligues ! Lancée il y a 3 ans, l’application et site internet, Rematch propose de ne pas rater une miette des rencontres sportives amateurs, grâce à la participation collective et de renforcer le lien club/sponsors.

 

Le sport amateur va mal, très mal ! Depuis le premier confinement, les 158 000 associations sportives ont vécu une année terrible autant pour les licenciés que pour les bénévoles. Selon le ministère des sports, on constaterait une baisse de 20 à 30% des 16,4 millions de licences délivrées par les fédérations agréées. Les plus touchées sont les sports en salle, notamment le judo (-30%).

Si l’Etat a bien débloqué une enveloppe de 400 millions d’euros pour le secteur, les clubs doivent rapidement et de manière pérenne, retisser le lien avec leurs adhérents et bénévoles, notamment à travers une communication par les réseaux sociaux. La généralisation du couvre-feu à 18 heures et l’arrêt des sports en intérieurs pour les mineurs a même provoqué un cri d’alarme de sportifs. Ainsi, une pétition « Je suis un sportif en détresse » lancée par Jonathan Zwikel, ancien international de hockey sur glace, réunit une large adhésion des bénévoles et adhérents du sport amateur. N’oublions pas non plus que Paris doit accueillir en 2024 les Jeux Olympiques. Son organisation dépend pour beaucoup du bénévolat des clubs amateurs !

Autre ire des associations sportives : l’arrêt des compétitions et leurs conséquences financières sur leur trésorerie. En effet, difficile de garder des jeunes qui se démotivent et peuvent abandonner le sport sans championnat, ni pratique régulière. Pire, le lien social que sont les fêtes, lotos et repas dansants organisés par les associations pour combler leurs trous, est également à l’arrêt.

Enfin, dernière source d’angoisse : le sponsoring. Si la solidarité a pu jouer, notamment avec les commerces locaux, la visibilité reste l’un des piliers majeurs pour continuer de bénéficier de cette source de revenus. Ainsi, l’Espagne a débloqué 50 millions d’euros pour préparer les clubs à la digitalisation. C’est dire le terrain en jachère que doivent appréhender les associations sportives.

C’est dans cette nouvelle ambiance particulière que l’application Rematch peut venir en aide à ces millions de licenciés. Lancée il y a 3 ans par Franck Alary, Pierre Husson et Franck Si-Hassen, Rematch propose des « highlights », résumés des meilleurs moments des matchs. « Il n’y pas besoin d’équipement spécifique, nous explique Franck Si-Hassen. Tout le monde a un portable avec une bonne qualité. Avec l’application gratuite, vous allez avoir le nom du match et des équipes qui y participent. Un bouton vous permet de garder les phases importantes et de revenir 15 secondes avant l’action que vous voulez conserver. Ces « bouts de match » sont conservés sur nos serveurs et vont être montrés pour le plus grand nombre. »

Rematch se propose d’être un nouveau lien avec le club de votre coeur mais aussi d’aider à la digitalisation des clubs et de faire d’eux des médias de proximité. « Souvent, même avant la Covid19, c’était compliqué de trouver des vidéos de ces compétitions, indique le co-fondateur. Il est plus facile de trouver des images de Neymar ou Mbappé que celles d’un club de district. Soit les personnes les gardaient dans leurs téléphones, soit quand ils les mettaient en ligne, personne ne regardait 90 minutes d’un match. De plus, les clubs n’avaient pas forcément des personnes ou des ressources pour gérer leurs réseaux sociaux. On avait un compte mais pas le code, etc…Notre solution est de proposer comme à la NBA, des résumés qui permettent de fédérer autour d’un club. »

Ses vidéos reprises par les clubs, les comités, les fédérations mais aussi et surtout les médias de proximité (Presse Quotidienne Régionale), sont autant d’occasions d’avoir une meilleure visibilité. Et Franck Si-Hassen y croit dur comme fer.

Passé par l’Allemagne et Paris, l’étudiant à Sup de Co décide dans les années 90, de s’intéresser aux médias, qui sont en pleine restructuration après la folie des radios libres. « J’ai aimé le coté far west et j’ai appris aussi à découvrir le public. C’est passionnant de comprendre quels sont ses attentes et la manière de s’adresser à lui.» Après un passage à la régie publicitaire de RTL en Allemagne, il se retrouve à Médiamétrie. Etudes, marketing et tendances. Pendant une vingtaine d’années, il conseille. Puis, ce bordelais revient sur les bords de la Gironde il y a 5 ans pour reprendre une société. Finalement, il lance Rematch avec 25 000 euros et ses deux associés. Les premiers business angels suivent fin 2018 et une deuxième levée de fonds de 600 000 euros est prévue pour la fin de cette année.

Féru de football, cyclisme et de rugby, « à un tout petit niveau » comme il le précise, Franck Si-Hassen aime ce que véhicule le sport amateur. « C’est fondamental dans une société comme la notre. On touche au cœur du secteur associatif en France. Ces associations vivent grâce à leurs bénévoles, leurs temps et leurs argents. Or, ce monde amateur vit une baisse structurelle des moyens. Le sport reste un trait d’union dans la société. Il n’y en a hélas plus beaucoup. Autour d’un stade, vous avez tous les âges, tous les sexes. C’est encore l’un des rares lieux où il peut y avoir du mélange social, sans distinction matérielle. Il nous faut le sauver ! »

Pas réellement fan des réseaux sociaux, il les découvre avec la génération de ses co-fondateurs. Pour lui, cela doit être non seulement un accélérateur mais pas seulement. « Le digital doit créer du liant entre les gens qui aiment le club. Ca doit apporter également des revenus. C’est marginal aujourd’hui mais dans les années à venir et au vu des conditions sanitaires, ça risque de devenir une source de financement supplémentaire importante. »

En effet, Rematch ne fait pas payer les utilisateurs et encore moins les clubs. « On finance par les sponsors ou les sponsors mécènes. Ca leur donne une visibilité plus grande et véhicule des valeurs saines de partage, de bénévolat et de présence tant local que national. »

Le chiffre d’affaires de 20 000 euros en 2019 devait être multiplié par 10 en 2020. Les collaborations avec les fédérations (handball, basketball, rugby, etc..) allait bon train. L’arrêt des rencontres a freiné les belles promesses de Rematch sans toutefois bloquer leurs ambitions. En cas de reprise et compte tenu des conditions sanitaires, Rematch pourrait devenir à terme le partenaire efficace des clubs amateurs, de leurs sponsors et de leurs publics.

Auteur(s): Yan Labêche pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Franck Si-Hassen

Newsletter





Commentaires

-