Qu'est-ce que la souveraineté numérique et pourquoi l'Europe s'y intéresse-t-elle autant?

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Qu'est-ce que la souveraineté numérique et pourquoi l'Europe s'y intéresse-t-elle autant?

Publié le 16/03/2021 à 12:14
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Mardi 9 mars, la Commission européenne a présenté une série d’objectifs pour 2030 pour que l’Europe arrive à se procurer des technologies de traitement des données de nouvelle génération, et pour accompagner les entreprises et les administrations dans leur transformation digitale. Avec une société de plus en plus numérisée, la question du stockage de données souverain se pose également. En effet, aujourd'hui, 92% des données occidentales sont hébergées aux États-Unis et aucune entreprise européenne ne figure dans le Top 20 des marques technologiques mondiales.

La “souveraineté numérique” pour se protéger des intérêts des puissances technologiques

Alors que les rendez-vous de vaccination, gérés par Doctolib, font polémique car ils sont hébergés chez Amazon, "le moment est venu pour l'Europe d'être numériquement souveraine", déclarent la chancelière allemande Angela Merkel, la première ministre danoise Mette Frederiksen, la première ministre estonienne Kaja Kallas et la première ministre finlandaise Sanna Marin dans une lettre conjointe.. Un petit nombre de grandes entreprises technologiques contrôlent des quantités massives de données sur leurs utilisateurs. Et avec autant d'utilisateurs et autant d'informations, leurs politiques et leurs actions peuvent avoir une influence significative, surtout quand il s'agit d’entreprises américaines sujettes à des intérêts étrangers.  

Les semi-conducteurs et l’ordinateur quantique aussi dans l’agenda pour 2030

Alors que l’Europe est responsable de seulement 20% de la production mondiale de semi-conducteurs, la feuille de route de la souveraineté numérique met l’accent sur la pénurie de ces produits éminemment stratégiques car indispensables pour la fabrication de biens électroniques.
La production locale est maintenant essentielle pour ne plus dépendre des importations chinoises ou américaines sur ce marché estimé actuellement à 440 milliards d'euros.
Outre les semi-conducteurs, d'ici à 2030, l'Europe devrait disposer de son premier ordinateur quantique. Pour atteindre ces objectifs, la feuille de route estime qu’une numérisation accélérée de la population est nécessaire: au moins 80% des adultes devraient avoir des compétences numériques de base.

L’Europe peut-elle concurrencer les géants américains sur la souveraineté des données?

Dans un contexte de guerre commerciale entre la Chine, les États-Unis et l’Europe, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen plaide pour un cloud européen. Onze entreprises françaises (Orange, EDF, OVH…) et onze groupes allemands (Siemens, Sap, Deutsche Telekom…) portent le projet de cloud européen Gaia-X.

En France, la préparation difficile de l’introduction en bourse d’OVH

Alors que Bruxelles veut doubler le nombre d’entreprises dites “licornes”, en France, le champion français du data center, et symbole de la résistance aux GAFA, OVH, vient de vivre un épisode difficile . Le jour suivant l’annonce de son intention de s’introduire en Bourse, la nuit du 9 au 10 mars, un incendie de son centre de données à Strasbourg a généré des difficultés sans précédent, mais aussi une avalanche de solidarité envers une des premières « licornes » du stockage des données européen. Le principal hébergeur européen, qui était, selon l'expression de Xavier Niel, “notre espoir d'avoir une lettre dans l'acronyme GAFA", a vu deux de ses entrepôts de Strasbourg partir en flammes. OVH a beaucoup travaillé pour la remise en service en temps record.  Pour les clients affectés la facturation pour mars a été suspendue et d’autres gestes commerciaux sont à prevoir.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Dans un contexte de guerre commerciale entre la Chine, les États-Unis et l’Europe, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen plaide pour un cloud européen

Newsletter





Commentaires

-