Un bracelet connecté qui libère des endorphines pour combattre la douleur

Un bracelet connecté qui libère des endorphines pour combattre la douleur

Publié le 14/06/2021 à 10:38
Unsplash
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

Et si les “antalgiques” ou anti-douleurs devenaient démodés, remplacés par une technique moins médicamenteuse ? Une start-up grenobloise, Remedee Labs, a créé un bracelet permettant de soulager les douleurs chroniques sans recourir aux antalgiques. Comment ça marche ? Des ondes millimétriques sont envoyées au cerveau pour qu’il libère des endorphines.

Un bracelet pour combattre arthrose, migraine ou fibromyalgie

1,5 milliard de personnes dans le monde, vivent avec des douleurs chroniques (fibromyalgie, endométriose, migraine, arthrose, etc.) et plus de la moitié d’entre elles ne sont pas satisfaites de leur prise en charge. C’est pour cela que la startup grenobloise Remedee Labs propose une alternative, une technologie unique de stimulation d’endorphine. Le dispositif est un bracelet connecté, équipé de quatre puces de 2 cm2 qui émettent des rayonnements électromagnétiques de faible puissance qui stimulent les terminaisons nerveuses du poignet, ce qui permet au corps de secréter des endorphines qui apaisent naturellement. Les endorphines aident aussi à limiter le stress, ou à favoriser l'endormissement. Après trente minutes de stimulation sous cutanée et indolore, les effets apaisants sont ressentis pendant plusieurs heures, et les stimulations peuvent être répétées deux à cinq fois chaque jour. Le bracelet pourrait être connecté à une plateforme digitale de services qui permettrait au patient de gérer son traitement, permettant ainsi, selon leur site, “de bénéficier d’un accompagnement à distance par une équipe de coachs santé et d’offrir des services digitaux personnalisés accessibles”.

Le bracelet anti douleur, bientôt en pharmacie ?

La start-up attend encore les résultats cliniques des tests de son bracelet. Le marquage CE médical pourrait arriver au plus tôt fin 2022, estime Jacques Husser, cofondateur et président exécutif de la société. Caroline Maindet, praticienne hospitalière au centre de la douleur du CHU de Grenoble explique que plusieurs études cliniques sont en cours, au CHU de Grenoble, pour confirmer les résultats préliminaires.

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




1,5 milliard de personnes dans le monde, vivent avec des douleurs chroniques (fibromyalgie, endométriose, migraine, arthrose, etc.) et plus de la moitié d’entre elles ne sont pas satisfaites de leur prise en charge.

Newsletter





Commentaires

-