Anne Hidalgo baissera la vitesse à 30 km/h dans tout Paris

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Anne Hidalgo baissera la vitesse à 30 km/h dans tout Paris

Publié le 17/06/2020 à 10:44 - Mise à jour à 11:07
© Philippe LOPEZ / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir
-A +A

La vitesse passera à 30 km/h dans la quasi-totalité des rues de Paris et à 50 km/h sur le périphérique. C’est l’un des engagements d’Anne Hidalgo si elle est réélue le 28 juin. Zoom sur le plan anti-voiture de la maire sortante pour faire de Paris une capitale plus respirable.

La politique anti-voiture d’Anne Hidalgo ne faiblira pas ! Si elle est réélue le 28 juin, la maire sortante a la ferme intention de renforcer son plan pour limiter le nombre d’automobiles dans la capitale. Arrivée en tête au premier tour des élections fin mars, la maire PS de Paris a passé une alliance avec les écologistes et s’est en engagée à prendre plusieurs mesures fortes pour rendre Paris aux piétons et aux vélos. Parmi celles-ci : la réduction de la vitesse à 30 km/h dans la plupart des rues de Paris. La vitesse actuelle, fixée à 50 km/h, ne restera valable que sur quelques grands axes tels que les Champs Élysées, les boulevards maréchaux ou encore le boulevard Sébastopol. Sur le périphérique, la vitesse serait, à terme, réduite à 50 km/h.

Cette mesure figure dans un manifeste dévoilé mardi 16 juin sur le site Terra Nova par Anne Hidalgo et le chef de file des écologistes à Paris David Belliard. « Lutter contre toutes les pollutions est un enjeu de santé publique. C’est pourquoi nous continuerons à réduire la place de la voiture dans notre ville ».

Moins de places de stationnement, plus aucun véhicule diesel
Parmi les autres mesures annoncées pour limiter la place de l’automobile dans la capitale, l’interdiction de circuler pour les véhicules diesel à compter de 2024 et la suppression, en 5 ans, de la moitié des places de stationnement afin, notamment, d’agrandir les trottoirs.  

La limitation à 30 de la quasi-totalité des rues de Paris était envisagée pour 2020 mais la marie de Paris a dû faire face à l'hostilité de certains maires des arrondissements de l’ouest de la capitale, politiquement marqués à droite. Aujourd’hui, cette limitation concerne cependant une très grande partie des rues de l’est de Paris, dans les XIe et XIIe arrondissements de Paris notamment.

Baisser la vitesse pour baisser les nuissances
L’abaissement de la vitesse à 30 km/h permet non seulement de faire baisser le niveau de pollution aux particules fines mais aussi celui des nuisances sonores notamment nocturnes, reconnues comme un problème de santé publique. Cependant, cet abaissement reste sujet à débat : il créerait, selon certains, des embouteillages supplémentaires et donc une augmentation des émissions polluantes.

A lire aussi : Pollution de l'air à Paris : une application pour identifier l'itinéraire le moins pollué


Une voie du périphérique réservée aux transports partagés
Déjà abaissée de 80 à 70 km/h depuis 2014, la vitesse maximale autorisée pourrait bientôt passer à 50 km/h sur le périphérique. Après la création, dans un premier temps, d’une voie réservée aux transports partagés (bus, navettes, taxis, covoiturage), l’objectif est de réduire progressivement le nombre de voies de circulation et, à terme, de donner la possibilité aux piétons et aux vélos de traverser le périphérique. Une tâche qui semble a priori ardue : comment cette autoroute urbaine surchargée pourra devenir, en quelques années, « un boulevard apaisé », comme l’espèrent la maire de Paris et les écologistes ?

A lire aussi : Municipales 2020 à Paris : Rachida Dati peut-elle encore battre Anne Hidalgo ?
 

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les embouteillages parisiens sont un fléau pour la santé des habitants de la capitale

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-