Les recettes publicitaires de Canal+ divisées par 10 en 5 ans

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Les recettes publicitaires de Canal+ divisées par 10 en 5 ans

Publié le 22/05/2018 à 20:31 - Mise à jour à 20:33
© LUDOVIC MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Avec la forte chute de son nombre d'abonnés et de ses audiences, Canal+ a aussi vu ses recettes publicitaires baisser. la chaîne privée a en effet vu ses gain divisés par dix en seulement cinq ans.

Rien ne va plus pour Canal+. Après la fuite de ses abonnés et la chute de l'audience de ses émissions (même en clair), ce sont ses recettes publicitaires qui sont en chute libre.

Selon BFM Business, la chaîne cryptée a en effet vu ses recettes divisées par dix en seulement cinq ans. En substance, la marge que l'entreprise dégageait il y a cinq s'est lourdement amoindrie.

Ainsi, les émissions en claire de la chaîne, autrefois porteuses, sont aujourd'hui largement déficitaires.

A voir aussi: Canal+ - Vincent Bolloré quitte la présidence du conseil de surveillance

Entre 2014 et 2017 le résultat d'exploitation de Canal+ " est passé d'un bénéfice de +157 millions d'euros, à une perte de -128 millions". Un coup dur pour les dirigeants de la chaîne cryptée qui pourtant semblent vouloir éclipser ce léger détail.

Ainsi lors de la dernière assemblée générale de Vivendi, maison mère de la chaîne, Vincent Bolloré assurait que les résultats de Canal+ étaient "extraordinairement satisfaisants". "Depuis 4 ans, Canal Plus a relancé ses activités en France. Le redressement des chaines payantes se poursuit. Beaucoup disaient qu'il n'était pas possible redresser Canal, nous sommes en train de leur donner tort!", ajoutait, optimiste, le président du directoire de Vivendi Arnaud de Puyfontaine.

Pourtant le chiffre d'affaire de l'entreprise a chuté de 20% depuis 2012, notamment à cause d'une forte baisse due à la chute des abonnements. Plus d'un millions de clients ont en effet quitté la chaîne cryptée.

En septembre 2016, Canal+ avait mis en place un tarif "low-cost" à 20 euros par mois pour attirer de nouveaux adeptes. Au vu des chiffres toujours plus bas, pas sûr que le pari ait fonctionné.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Canal+ a enregistré une lourde perte dans ses revenus publicitaires depuis cinq ans.

Newsletter


Fil d'actualités Tendances éco




Commentaires

-