Médecin suspendu : "j’ai un problème avec la façon dont l’autorité agit" Dr Alexandre Leroy

Médecin suspendu : "j’ai un problème avec la façon dont l’autorité agit" Dr Alexandre Leroy

Publié le 08/10/2021 à 18:00 - Mise à jour le 09/10/2021 à 09:41
F. Froger / D6
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Suspendu depuis le 15 septembre dernier, interdit d’exercer pour avoir refusé de se faire vacciner : le docteur Alexandre Leroy, médecin généraliste en clinique SSR (soins de suite et réadaptation), a relevé le "Défi de la vérité".

Selon lui, cette loi n’est pas compréhensible pour un ensemble de raison : « Je milite depuis le début contre la gestion de l’épidémie, la façon d’imposer le port du masque, la gestion du confinement. C’est la façon dont c’est apporter, la façon d’exprimer l’autorité est mauvaise. « L’union par la force » n’est pas un concept auquel j’adhère. » Il confie en marge de l'entretien s’interroger sur un aspect de lutte des classes émergeant dans cette gestion des politiques dites sanitaires : « Nous vivons un véritable mépris de classe. L'expert Olivier Véran (ndlr : ministre de la Santé et des Solidarités) impose ses décisions au profane, peu lui importe que le profane l'ait compris ou même qu'il souffre. Ce n'est pas le moment de baisser les bras, les profanes doivent être entendus et respectés. S'ils doivent agir qu'ils le fassent. [L'échange du ministre avec le député de l'ardèche, en milieu de semaine est un exemple] assez explicite comme mépris de classe ».

Actif dans les manifestations en Bretagne, contre la vaccination obligatoire des soignants, le médecin généraliste s’est rapproché de soignants de diverses spécialités, il perçoit un état d’anxiété et une « vraie détresse chez certains soignants. Après les annonces du président Macron, certains sont allés se faire vacciner sous la contrainte, parce que leur salaire ne leur permet pas de faire des folies […] Je peux me permettre de tenir quelque mois. » Engagé dans une grève malgré lui depuis près d’un mois, le médecin entend militer à travers cette suspension et demande simplement un débat, des discussions sur le sujet. 

Il critique un système « patriarcal » dans lequel les décisions sont imposées de force comme si la population, médecins compris, était incapable de comprendre par elle-même. Le médecin revient sur la question des effectifs dans les établissements de santé. Si tous les soignants non-vaccinés ne sont pas suspendus, certains ont été forcés de prendre leurs congés pour retarder l’échéance, d’autres ont eu un arrêt maladie pour dépression, ce qui engendre une forte réduction du nombre de soignants actifs en France métropolitaine et Outre-mer.

Le Dr Leroy explique alors que les hôpitaux étaient déjà en sous-effectif auparavant et s’attend à une augmentation de la charge de travail : « Ça fait déjà un an qu’on arrive plus à trouver d’aide-soignante, d’infirmière, dans mon secteur. C’est extrêmement compliqué, dès qu’il y a quelqu’un qui part en arrêt maladie, de trouver un remplaçant ou une remplaçante. Déjà auparavant, on s’arrangeait avec les soignants pour s’organiser différemment, parfois même travailler plus. »

Pour ce médecin, une des clés de ces débats est de revenir culturellement sur la perception de la mort dans notre société : « à une autre époque, les gens étaient plus familiers avec la mort, aujourd’hui on a perdu ce rapport. Il faudrait désocculter le débat. »

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Dr Alexandre Leroy, médecin suspendu pour refuser le vaccin, il souhaite "garder son autonomie".

Newsletter


Fil d'actualités Vidéos




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir