Laurent Toubiana : "Je ne cherche pas à rassurer, je regarde les faits"

Laurent Toubiana : "Je ne cherche pas à rassurer, je regarde les faits"

Publié le 25/11/2021 à 17:00
F. Froger / D6 / FRANCESOIR
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Cela faisait longtemps qu'on ne l'avait plus vu dans les médias : l'épidémiologiste Laurent Toubiana a relevé "le Défi de la vérité" ce matin, peu avant la conférence de presse d'Olivier Véran. Après avoir longtemps prêché dans le désert, le chercheur à l'Inserm fait son retour à un moment "où la compréhension du phénomène évolue dans la population". "Le fait de répéter ce que je disais au tout début a un relief différent. C'est pour ça que je reviens aujourd'hui, parce que l'histoire recommence. [...] Comme disait Karl Marx "la première fois c'est une tragédie, la deuxième fois c'est une farce. Aujourd'hui, nous en sommes à la cinquième farce."

Comme il l'explique dans un article publié sur le site web de l'IRSAN (Institut de Recherche pour la Valorisation des Données de Santé), qu'il dirige, la grande faute des gouvernants est d'avoir pris "des indicateurs extrêmement anxiogènes", notamment celui du taux d'incidence (nombre de personnes diagnostiquées positives au Covid-19 pour 100 000 habitants par jour), gonflé artificiellement en raison de ce qu'il appelle la "testomania". "D'habitude pour caractériser une épidémie, on regarde le nombre de malades et de morts que génère cette épidémie. Aujourd'hui, on a changé de paradigme. On décide qu'une épidémie c'est le nombre de personnes testées positives à une trace d'un virus." Or, comme le rappelle Laurent Toubiana, il y avait très peu de cas graves parmi ces cas positifs. "D'ailleurs, un certain nombre d'études ont démontré qu'au passage de cet événement Covid, la surmortalité pour 80% de la population était nulle, voire négative, en 2020. Seuls les plus de 65 ans ont connu une surmortalité faible, de l'ordre de 4%." Autre élément à garder en tête : le rapport de l'ATIH, que nous avons déjà abordé sur le site de FranceSoir, a révélé que "seuls 2% de l'activité hospitalière a été consacrée en Covid [en 2020]".

Voir aussi : "Laurent Toubiana: La "cinquième vague", nouvel épisode d'un feuilleton qui n'a que trop duré"

L'épidémiologiste se refuse à répondre à la question du "pourquoi". Mais il ne peut s'empêcher de souligner que les indicateurs privilégiés par le gouvernement ont permis de légitimer des mesures extraordinaires, au sens littéral du terme. "Si vous dites qu'au pic de la quatrième vague, en août dernier, il y avait 31 malades [et non testés positifs, ndlr] du Covid-19 pour 100 000 habitants, ça fait moins peur. Et donc, il est plus difficile de justifier des mesures de confinement et la vaccination généralisée." On pourrait ajouter l'obligation d'une dose de rappel pour continuer à bénéficier d'un passe-sanitaire, comme vient de l'annoncer Olivier Véran, ce jeudi en tout début d'après-midi.

Pour aller plus loin : le site de l'IRSAN et le site "covid" de Laurent Toubiana

Auteur(s): FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Laurent Toubiana fait son retour dans les médias à l'heure "de la cinquième farce".

Newsletter


Fil d'actualités Vidéos




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir