Virus Chine: connaître les symptômes avant d'appeler le 15

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Virus Chine: connaître les symptômes avant d'appeler le 15

Publié le 25/01/2020 à 17:51 - Mise à jour le 27/01/2020 à 18:00
© Hector RETAMAL / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): France-Soir
-A +A

Le virus se développe en Chine et les aurorités chinoises prennent des mesures radicales. En France, on informe le public sur les symptômes que chacun doit connaître avant d'appeler le 15.

En Chine, les autorités continuent de prendre des mesures radicales contre la propagation du coronavirus. Bien que moins violent , pour l'instant, que SRAS de 2003, les autorités chinoises viennent d'annoncer la construction d'un deuxième hôpital. "La situation est grave " annonce Xi Ping, "l'épidémie s'étend rapidement" révêle le premier Chinois. 

Le bilan en Chines 'élève à 41 morts, 13 000 personnes infectées  et 56 millions de Chinois sont aujourd'hui en quarantaine. Le niveau d'alerte maximal est décrété à Hong Kong.

En France, les trois personnes infectées, 1 à Bordeaux, 2 autres à Paris ont été hospitalisées. Deux des personnes revenaient de Chine, la troisième était une connaissance de l'un d'eux. Elles iraient bien selon les autorités médicales. Le Nouvel An Chinois qui devait être fêté demain dimanche à Bordeaux a été annulé. 

Comment s’en protéger?

Les effets de ce coronavirus sont proches de ceux du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère), qui avait fait 774 morts dans le monde (sur 8.096 cas) en 2002/2003: pneumonie, fièvre, toux, difficultés respiratoires et fatigue générale.

À lire aussi: Grippe 2020: l'épidémie gagne la France, l'OMS en alerte en Chine

À lire aussi: Epidémie coronavirus: branle-bas de combat en Chine. Trois cas confirmés en France

Que faire si on pense être infecté?

Les autorités sanitaires le martèlent depuis le début de la crise: si on pense être infecté par le coronavirus, il ne faut pas aller chez son médecin traitant ni aux urgences, pour éviter toute potentielle contamination, mais rester chez soi et appeler le 15 (Samu) "en faisant état des symptômes et du séjour récent en Chine".

Au-delà des risques de contamination, un afflux aux urgences de patients paniqués serait compliqué à gérer dans un secteur qui se plaint déjà d'une surcharge de travail et d'un manque de moyens. Les services d'urgences ont lancé il y a 10 mois, en mars 2019, un mouvement de mobilisation qui s'est étendu depuis à tout l'hôpital.

Une fois pris en charge après avoir appelé le 15, les patients susceptibles d'avoir été infectés par le coronavirus sont dirigés vers des hôpitaux dits "de référence". 

C'est ensuite le Centre national de référence de l'institut Pasteur (basé à Paris et Lyon) qui vérifie si le patient est positif ou négatif, grâce à un test mis au point après le séquençage du virus par les Chinois.

Il n'existe pas de médicament contre le coronavirus, et la prise en charge consiste à traiter les symptômes.

Par ailleurs, les autorités insistent sur l'importance des "mesures barrières" (lavage de mains, etc.) pour éviter d'éventuelles contaminations, comme pour la grippe.

 Quelles mesures pour les passagers venant de Chine?

Contrairement à d'autres pays, la France n'a pas mis en place de mesure de contrôle aux frontières des passagers venant de Chine, avec contrôle de leur température par caméra thermique.

 

À lire aussi: Grippe: combien de morts en France en 2019?

 

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Ce qu'il faut savoir sur le "virus chinois"

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-