ISF, TVA, impôt sur le revenu: Philippe exprime des réserves sur des idées fiscales du grand débat

ISF, TVA, impôt sur le revenu: Philippe exprime des réserves sur des idées fiscales du grand débat

Publié le 15/03/2019 à 09:43 - Mise à jour à 13:56
© Christophe ARCHAMBAULT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Paris

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Press). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Rétablissement de l'impôt sur la fortune, baisse de la TVA, impôt sur le revenu pour tous: le Premier ministre Edouard Philippe a exprimé vendredi des réserves et des critiques sur plusieurs idées fiscales issues du grand débat.

Le Premier ministre a réaffirmé sur Europe 1 sa préférence pour des baisses d'impôt et des dépenses publiques.

BAISSE DE LA TVA

Sans fermer la porte, le chef du gouvernement a souligné deux écueils: le besoin d'un compromis européen pour toucher aux taux de TVA et le risque de voir les intermédiaires, et pas le consommateur, capter la baisse d'impôt.

"La TVA, c'est un impôt qui oblige à une réglementation européenne et il faut donc qu'on le fasse en bonne intelligence, un bon accord avec nos partenaires européens, ce n'est pas un non mais c'est une contrainte qu'il faut avoir en tête", a-t-il dit.

"Baisser la TVA, ça peut s'entendre, mais il faut que ça profite, à ceux qui le demandent et pas aux intermédiaires", a par ailleurs souligné Edouard Philippe, alors que le précédent de la baisse de la TVA dans la restauration avait eu peu de conséquences pour le consommateur.

Interrogé sur une suppression de la TVA sur des produits de première nécessité, une des revendications des "gilets jaunes", le Premier ministre a répondu que là aussi "il faudrait s'assurer auprès des producteurs, des distributeurs que l'avantage n'est pas pour eux mais pour le consommateur final". "Je souhaite bien du plaisir pour garantir ça", a-t-il dit.

RETABLIR L'ISF

"J'entends l'appel, l'aspiration à la justice fiscale, je le partage d'ailleurs". Mais "l'ISF telle qu'il existait présentait plus d'inconvénients que d'avantages". La transformation de l'ISF en impôt sur la fortune immobilière (IFI), "je pense que nous avons bien fait de le faire. Si on veut faire payer les riches, la bonne solution ce n'est pas de les faire partir. C'est du bon sens".

IMPOT SUR LE REVENU POUR TOUS

Près de la moitié des foyers français ne paient pas l'impôt sur le revenu. "Mais ils payent la CSG sur le premier euro qu'ils gagnent, ils payent la TVA sur le premier euro qu'ils dépensent et donc, en vérité, chaque Français contribue au financement des services publics", a souligné Edouard Philippe. Quant à l'hypothèse suggérée d'un impôt "symbolique" de quelques euros, "il y a plein de gens pour qui 10 euros ce n'est pas du tout symbolique", a souligné Edouard Philippe.

Auteur(s): Par AFP - Paris

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le Premier ministre Edouard Philippe, le 26 février 2019 à l'Hôtel Matignon à Paris

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-