Révélation sur des abus sexuels sur mineurs commis par un prêtre

Révélation sur des abus sexuels sur mineurs commis par un prêtre

Publié le 17/01/2022 à 12:15 - Mise à jour à 12:30
© FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Par AFP - Lyon

Cet article provient directement de l'AFP (Agence France Presse). Plus de détails sur les différentes typologies d'articles publiés sur FranceSoir, en savoir plus

-A +A

Les diocèses de Lyon, Saint-Etienne et Grenoble ont annoncé avoir recensé une série d'agressions sexuelles sur mineurs commises dans les années 70-80 par un prêtre décédé en 1994, connu pour ses fresques dans des églises de la région.

"Plusieurs personnes se sont adressées au diocèse de Lyon, au diocèse de Grenoble-Vienne ainsi qu’au diocèse de Saint-Etienne pour révéler qu’elles ou leurs proches avaient été agressés sexuellement par le père Louis Ribes, décédé en 1994", indique un communiqué commun daté du 13 janvier.

"Nous avons acquis la certitude, en octobre dernier, de la véracité des faits. Les responsables des diocèses expriment aux personnes victimes du père Ribes leur profonde compassion, leur honte qu’un prêtre ait pu commettre de tels actes", ajoutent les autorités religieuses.

Des jeunes garçons et de jeunes filles ont été agressés par ce prêtre, a indiqué à l'AFP le diocèse de Lyon, sans pourvoir préciser le nombre exact de victimes ou d'agressions, principalement commises dans les années 1970-1980.

Les faits, aujourd'hui prescrits, ont pu être confirmés grâce au concours des enquêteurs de la Commission sur les abus sexuels dans l'Eglise catholique (Ciase), ajoute le diocèse lyonnais, déjà affecté ces dernières années par les retentissantes affaires Preynat et Barbarin.

Le style coloré et proche du cubisme des peintures, vitraux et fresques du père Louis Ribes (1920-1994), orne les murs d'une quinzaine d'églises de la région. Certaines oeuvres sont protégées au titre des monuments historiques.

"Par respect pour les victimes, les œuvres du père Ribes qui appartiennent au diocèse de Lyon, Grenoble-Vienne et Saint-Etienne, seront progressivement déposées et remisées", précise le communiqué du 13 janvier.

Selon le diocèse de Lyon, les décrochages ont été décidés à la demande de certaines victimes. Le retrait des vitraux est soumis à l'autorisation des mairies, propriétaires des murs des églises.

"Le père Ribes était originaire de Grammond (Loire) où il revenait régulièrement", a indiqué à l'AFP l'évêque de Saint-Etienne Sylvain Bataille, qui participera mardi soir à une réunion publique avec le maire de cette commune Patrice Carteron.

Dans leur communiqué, les diocèses invitent les victimes à se faire connaître auprès des cellules d’écoute des diocèses, avec possibilité de rendez-vous si elles le désirent.

Le récent rapport de la Ciase sur la pédocriminalité dans l'Eglise de France depuis les années 50 estime à 330.000 le nombre de personnes victimes de violences sexuelles quand elles étaient mineures, de la part de clercs, de religieux ou de personnes en lien avec l'Eglise.

Auteur(s): Par AFP - Lyon

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Révélation sur des abus sexuels sur mineurs commis par un prêtre décédé en 1994

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-