"24 Semaines", film allemand sur l'avortement, émeut la Berlinale aux larmes (VIDEO)

"24 Semaines", film allemand sur l'avortement, émeut la Berlinale aux larmes (VIDEO)

Publié le 15/02/2016 à 10:30 - Mise à jour à 10:32
©John MacDougall/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

En compétition au 66e Festival de Berlin (11-21 février), un film allemand sur un couple confronté à la décision d'un avortement parce que leur futur bébé sera handicapé a ému la presse et les spectateurs dimanche.

Un film allemand sur le difficile choix d'un couple qui, apprenant que son enfant à naître sera handicapé, doit décider de pratiquer ou non un avortement, a ému les festivaliers aux larmes dimanche 14 au 66e Festival de Berlin (Berlinale).

24 Wochen (24 Semaines), deuxième long métrage de la réalisatrice allemande Anne Zohra Berrached (après Deux mères en 2013), raconte l'histoire d'Astrid, interprétée par Julia Jentsch, Prix d'interprétation à la Berlinale en 2005 pour Sophie Scholl: les derniers jours.

Comédienne de stand-up, Astrid est enceinte de quatre mois quand elle apprend que son enfant à naître sera atteint de trisomie-21. Astrid et son mari Markus (Bjarne Mädel) doivent alors décider d'interrompre ou non cette grossesse. Un nouvel examen au sixième mois révèle que l'enfant souffre également d'une grave malformation, plongeant Astrid et Markus dans un abyme de questions morales.

Le film, qui décrit toutes les étapes du cheminement d'Astrid et Markus, a suscité une vive émotion lors de la projection à la presse. "Il était très important pour moi de faire un film qui porte essentiellement sur la décision et le conflit moral d'un couple", a indiqué la réalisatrice lors d'une conférence de presse. "C'est là-dessus que je voulais me concentrer. Je ne voulais pas que ça ressemble à une contribution à un magazine politique".

La réalisatrice, qui a rencontré des couples ayant été confrontés à ce type de situation pour faire ce film, a dit s'être "rendue compte qu'il était très difficile de trouver des gens prêts à parler de cela ouvertement", alors même qu'en Allemagne, "plus de 90% des femmes choisissent une interruption médicale de grossesse si l'enfant a un grave problème ou une malformation".

Dans son film, "ni pour ni contre l'avortement" dit-elle, la réalisatrice explique avoir voulu "faire un collage entre la fiction et la réalité". Le personnage principal "est fictif, mais son sort et le système face auquel elle se retrouve ne le sont pas", a-t-elle ajouté.

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film, en version originale allemande sous-titrée en anglais):

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'équipe du film "24 Semaines", ce week-end au Festival de Berlin.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-