Constance seins nus sur France Inter: elle dénonce les messages haineux (vidéo)

Constance seins nus sur France Inter: elle dénonce les messages haineux (vidéo)

Publié le 04/09/2018 à 18:42 - Mise à jour à 18:46
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

L'humoriste Constance, qui avait achevé sa chronique seins nus sur France Inter le 28 août, a depuis publié certains des messages haineux qu'elle a reçus. Une nouvelle occasion de dénoncer les "puritains moralisateurs".

Constance était seins nus sur France Inter lors de sa chronique du 28 août, et ce geste lui a valu un flot d'insultes via les réseaux sociaux. Des comportements qui au final servent les propos de l'humoriste qui dénonçaient dans cette chronique intitulée "Parlons balcon, parlons nichons", les réactions outrées ou perverses dès lors que les seins des femmes ne sont plus cachés.

"En France régulièrement, des scandale éclatent quand des femmes osent allaiter leur bébé dans un endroit public", et "se mettre seins nus sur une plage" fait passer "pour une gourgandine", a-t-elle dénoncé. Evoquant sa propre expérience dans les transports en commun et son "90 E", elle a raconté: "Je dois supporter les regards libidineux des pervers qui louchent sur mes nichons".

Pour dénoncer les "puritains moralisateurs", Constance a finalement décidé, tout en poursuivant sa chronique comme si de rien n'était, de retirer son haut et son soutien-gorge.

Elle a par la suite reçu de nombreux messages haineux ou graveleux sur Twitter, qu'elle a requalifiés en "messages d'amour", immortalisés et diffusés en prenant soin que les noms des auteurs apparaissent.

Interrogée par le magazine Respect sur ces insultes, elle a répondu: "Internet permet d’exister en tant qu’artiste, de s’exprimer en dehors du réseau classique des médias, mais à côté de ça, on est quand même très exposés directement à des gens qui sont protégés par leur ordinateur ou téléphone… et qui peuvent vraiment se lâcher. C’est terrible, car on se rend compte qu’il y a une décomplexion de la menace, de l’obscurantisme, du machisme".

Sur son compte Twitter, Constance a également remercié, cette fois sans ironie ceux qui lui ont apporté leur soutien.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Il y a une décomplexion de la menace, de l’obscurantisme, du machisme", a dénoncé Constance.

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-