Retour de Morandini sur i>Télé: la chaîne ouvre une "clause de conscience" pour la rédaction

Retour de Morandini sur i>Télé: la chaîne ouvre une "clause de conscience" pour la rédaction

Publié le 14/10/2016 à 11:34 - Mise à jour à 11:35
©Geoffroy Van Der Hasselt/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Alors que le retour de Jean-Marc Morandini sur i

i>Télé a ouvert une "clause de conscience" pour les journalistes qui souhaitent partir plutôt que travailler avec Jean-Marc Morandini, a indiqué ce vendredi 14 à l'AFP un porte-parole de la chaîne de Canal+. Avec cette mesure, qui ouvre le droit à des indemnités de départ, la direction de la chaîne d'info réplique aux journalistes qui ont massivement protesté mardi contre l'arrivée de l'animateur à l'antenne malgré sa mise en examen pour "corruption de mineur aggravée".

Un courrier devrait être envoyé vendredi aux journalistes pour préciser les conditions de cette clause, selon une source proche du dossier. Une assemblée générale des salariés avait lieu en fin de matinée. La Société des journalistes a été reçue vendredi matin par la direction. La rédaction de la chaîne du groupe Canal+, déjà échaudée par un plan d'économies drastique, avait appris vendredi dernier "avec consternation" l'arrivée de l'animateur pour réaliser une émission quotidienne sur l'actualité des médias.

Aucune décision n'a été prise concernant la date exacte du retour de l'animateur à l'antenne, a précisé le porte-parole. Jeudi, par une tribune dans le Monde, la Société des journalistes d'i>Télé avait demandé expressément à Jean-Marc Morandini de renoncer à son émission, après avoir voté mardi à une écrasante majorité une motion de défiance contre sa direction.

L'animateur avait répondu vendredi dans une autre tribune en demandant qu'on le "laisse travailler" et qu'on respecte "la présomption d'innocence". L'animateur de 51 ans, mis en examen le 23 septembre, a été mis en retrait des plateaux de NRJ 12 et des matinales d'Europe 1, dont il était un pilier depuis des années.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'animateur avait répondu vendredi dans une autre tribune en demandant qu'on le "laisse travailler" et qu'on respecte "la présomption d'innocence".

Newsletter


Fil d'actualités Culture




Commentaires

-