"Catastrophique" ! Vous avez dit "catastrophique"...

"Catastrophique" ! Vous avez dit "catastrophique"...

Publié le 15/04/2021 à 19:45 - Mise à jour à 20:49
FS
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

Cet espace d’opinion permet la libre expression des idées et d’engendrer le débat. Les articles et vidéos publiés dans cette rubrique peuvent parfois ne pas faire consensus, en savoir plus

-A +A

Bien singuliers sont les commentaires qui ont accompagné le maintien de son statut de site d'information accordé à "FranceSoir". Et bien curieux tous ces apôtres de la liberté qui sont tellement épris de liberté qu'ils n'ont qu'un rêve : faire taire tous ceux qui ne pensent pas comme eux. Et, tout cela, en proclamant leur attachement à la République, dont ils méconnaissent pourtant, et gravement, le premier mot de la devise : liberté. Sans doute les nombreuses atteintes aux libertés fondamentales intervenues depuis un an -dont celle d'aller et venir, sans justificatif de déplacement ! - leur donnent-elles l'idée de mettre aussi entre parenthèses la liberté d'expression, la liberté de l'information. A eux, le privilège de détenir le vrai - ils savent ! - et le droit de prendre des... libertés avec les faits.

Mardi matin, j'écoute la radio de service public en continu, celle qui se vante de "lutter contre la désinformation" ! Son message revient avec une régularité de métronome : au Brésil, la situation est "catastrophique", la pandémie de Covid-19 a causé 350 000 décès. A aucun moment, il n'est indiqué à l'auditeur que le Brésil, ce n'est pas la France. Bien sûr, il ne saurait être question de préciser que le Brésil compte 213 millions d'habitants. 350 000 morts, il est certain que le chiffre frappe les esprits. Et pourtant ! Si l'on rapporte le nombre de décès dans l'Hexagone à la population du Brésil, nous aurions en France, non pas 100 000 morts, mais 317 900 morts ! Soit 9% de moins seulement que le nombre de morts actuels au Brésil - avec toutes les limites de ce genre de comparaison, mais la vérité des chiffres, c'est donc qu'il n'y a pas de quoi pavoiser, c'est tout juste un peu moins "catastrophique" chez nous.

Autre exemple. Courant les plateaux et les salles de rédaction pour y présenter son dernier livre "Le jour d'après", Philippe de Villiers intervient mercredi soir sur ces mêmes ondes. Sans grand risque de se tromper, il indique que quand les entreprises ne se trouveront plus sous la perfusion de l'Etat, de nombreux dirigeants de petites entreprises (bistrots, restaurants, "non essentiels") seront contraints de frapper à la porte des tribunaux de commerce, là où sont enregistrés les dépôts de bilan, et décidés les redressements et liquidations judiciaires. Pour tous ces entrepreneurs, c'est le travail d'une vie qui va être effacé. C'est la crainte, sinon la certitude de lendemains douloureux, en particulier pour ceux qui n'avaient pas souscrit une assurance contre la perte d'emploi. Comment relativise-t-on les propos de Philippe de Villiers lorsqu'il a tourné les talons ? En déclarant que les entreprises qui vont disparaître sont celles qui n'étaient "pas viables". Diantre ! Elles ne vivaient pas ces entreprises avant la pandémie, avant que le pouvoir ne leur intime l'ordre de fermer leurs portes, sous peine des pires sanctions, parce que le confinement de l'ensemble des Français a été préféré à l'isolement, et au soin, des seules personnes infectées par le virus ?

Force est bien d'admettre qu'il existe deux France : celle qui entreprend et qui est exposée, et celle qui est abritée derrière des statuts. J'imagine la colère du dirigeant de petite entreprise - car c'est une entreprise, même avec quelques salariés seulement - qui est à l'écoute de ce morceau d'anthologie. Et le pire, c'est que ce sont les mêmes voix éclairées qui, à longueur d'antenne, n'ont qu'un mot à la bouche : "complotistes", pour dénigrer et discréditer les femmes et les hommes qui osent ne pas penser comme eux. Mais n'est-ce pas un complot contre le peuple français que de lui asséner en permanence des demi-vérités, ou des quarts de vérité ? Oui, le complot n'est pas là où on le cherche, sans jamais le trouver. Il est chez toutes celles et tous ceux qui abusent de leur pouvoir, ou de leur position dominante, pour anesthésier l'opinion et répandre le chloroforme sur une population apeurée par une désinformation savamment orchestrée.

Auteur(s): Alain Tranchant, pour FranceSoir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Police de la pensée partout, justice nulle part

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-

Je m'abonne à la Newsletter FranceSoir