Calais: volte-face, la maire Natacha Bouchart menace d'interrompre la construction du mur

Calais: volte-face, la maire Natacha Bouchart menace d'interrompre la construction du mur

Publié le 23/09/2016 à 17:34 - Mise à jour à 17:36
©Pascal Rossignol/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La maire de Calais, Natacha Bouchart (LR), devenue hostile depuis peu à la construction d'un mur "anti-intrusion" de migrants près du port, a menacé ce vendredi de prendre si besoin un "arrêté interruptif" de ces travaux, entamés mardi.

Dans un communiqué, l'élue écrit que "n'ayant aucune réponse du gouvernement" sur sa demande de "non-démarrage de la construction", elle a fait établir jeudi "un constat d'infractions" au "code de l'environnement et de l'urbanisme" à l'encontre de l'entreprise ayant lancé les travaux. "Sans réponse sous huit jours, je signerai un arrêt interruptif de travaux", ajoute-t-elle dans son texte.

Cependant, Mme Bouchart a précisé à l'AFP que "la préfecture peut passer outre" cet arrêté et ne pas l'appliquer. La préfecture du Pas-de-Calais n'avait pas réagi à la mi-journée à cette initiative.

Le 24 juin, la maire de Calais soutenait encore l'édification de ce mur, sans invoquer d'obstacle sur le plan de l'urbanisme ou de l'environnement. "La zone nord de ce qu'on appelle +la Jungle+, à côté du camp humanitaire, ne devrait pas exister, déclarait-elle à l'AFP. D'ici là, il faut poursuivre le travail de protection de la rocade menant au port. Les autorités sont en train de préparer l’élévation d’un mur de 4 m sur 1 km. Si on ne poursuit pas, c’est nous Calaisiens qui en subissons les conséquences".

Elle avait même demandé que le mur soit "végétalisé" et soit aussi un mur anti-bruit à cause de la présence de riverains tout près de la rocade. Mais, depuis l'annonce le 2 septembre par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve d'un démantèlement rapide de la "Jungle" de Calais, où vivent entre 6.900 et 10.000 migrants selon les sources, Mme Bouchart estime que ce mur n'a "plus lieu d'être".

Financé par la Grande-Bretagne (2,7 M EUR), il vise à protéger la rocade des assauts répétés de migrants, qui tentent de monter à bord des camions en partance pour l'Angleterre.

Interrogée vendredi par l'AFP, la maire de Calais a précisé que le constat d'infraction avait été établi par un "ingénieur du service urbanisme" de la ville. Il s'appuie notamment sur deux points: le fait que le secteur où est construit ce mur soit "classé en zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager, devenu site classé remarquable", et qu'il se situe également en zone Seveso, en raison de la proximité de deux usines chimiques.

"Et quand on construit dans un tel périmètre, il y a des obligations, en termes de consultation ou d'études d'impact", affirme l'élue, qui estime de son "ressort" de prendre un arrêté. "Je veux marquer les choses, en utilisant les armes juridiques en ma possession. Et si besoin, nous irons au tribunal", a-t-elle ajouté, avant de lancer: "les Calaisiens en ont ras-le-bol de voir des barrières et des barbelés partout, on se sent complètement enfermé".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La maire de Calais, Natacha Bouchart (LR), devenue hostile depuis peu à la construction d'un mur "anti-intrusion" de migrants près du port

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-