Des tensions entre Hollande et Macron malgré les dénégations

Des tensions entre Hollande et Macron malgré les dénégations

Publié le 22/04/2016 à 16:37 - Mise à jour à 16:46
©Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Dans une interview parue ce vendredi dans la presse quotidienne régionale, Emmanuel Macron dit avoir une "loyauté personnelle" envers le chef de l'État mais ne pas être "son obligé". Une nouvelle sortie polémique liée au ministre de l'Economie qui illustre les relations qui semblent s'être tendues entre les deux hommes.

Emmanuel Macron ne veut plus entendre parler de sa relation avec le président de la République. "Certaines et certains voudraient utiliser le moindre mot, la moindre initiative pour fragiliser le président de la République", a déclaré le ministre de l'Economie ce vendredi 22 à des journalistes en marge d'un déplacement à Varsovie, en Pologne.

"Qu'on commente, qu'on observe mais de grâce qu'on n'affaiblisse pas le président de la République, qu'on ne m'utilise pas pour l'attaquer, c'est indigne", a-t-il insisté en dénonçant des comportements "insupportables".

Si Emmanuel Macron tente de sauver les apparences, les tensions entre les deux hommes se succèdent depuis plusieurs semaines. François Hollande avait d'ailleurs profité de son intervention télévisée, le 14 avril, pour rappeler à son ancien conseiller qu'il était toujours "sous son autorité". Une petite phrase qui n'est pas sans rappeler, bien qu'aseptisée à la hollandaise, celle envoyée en 2004 par le président Jacques Chirac à son ministre de l'Economie d'alors, Nicolas Sarkozy: "je décide, il exécute".

Pour autant, ce rappel à l'ordre du président de la République semble avoir eu un effet inverse à celui escompté. A plusieurs reprises, sur des sujets comme l'ISF, le port du voile à l'université ou la crise des réfugiés, Emmanuel Macron n'a pas hésité à s'opposer frontalement à la politique du gouvernement, allant jusqu'à expliqué au journal belge Le Soir, que son mouvement En Marche! nourrissait "un projet présidentiel".

Si bien que Jean-Yves Le Diran, fidèle grognard du président, s'est senti obligé de tancer son jeune collègue. "La seule remarque que je pourrais faire, puisque je suis presque le doyen de ce Conseil des ministres, avec mon expérience, c'est que la vie politique et en particulier lorsqu'on est membre d'un gouvernement, c'est un peu comme au football: il faut jouer collectif sinon on ne gagne pas", avait expliqué le ministre de la Défense sur France Info.

Dans une interview accordée aux journaux du groupe Ebra (dont Le Dauphiné Libéré ou L’Est Républicain) parue ce vendredi, le ministre de l’Economie a marqué une nouvelle fois son indépendance. Il y assure ne pas être l’"obligé" de François Hollande, tout en lui étant "loyal sur le plan personnel". "J’ai une loyauté personnelle envers François Hollande. Je lui dois de m’avoir fait confiance et de m’avoir nommé au gouvernement. En même temps, lorsqu’un président nomme quelqu’un ministre, il le fait parce qu’il pense que c’est bon pour son pays, pas pour en faire son obligé".

"Il va devoir s'expliquer" sur ces propos, a estimé devant des journalistes le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, hollandiste de la première heure.

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La relation entre le président de la Rpublique et son ministre de l'Economie semble se dégrader de jour en jour.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-