Elle publie une tribune contre Macron, elle est convoquée au rectorat

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Elle publie une tribune contre Macron, elle est convoquée au rectorat

Publié le 21/12/2018 à 07:27 - Mise à jour à 07:30
© BENOIT TESSIER / POOL/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Une enseignante qui avait publiée une tribune contre le président de la République a été convoquée au rectorat jeudi. Il lui était reprochée d'avoir manqué à son devoir de réserve en tant que fonctionnaire.

Censure injustifiable ou simple application du droit de réserve? Une enseignante a été convoquée jeudi 20 dans l'après-midi au rectorat de Dijon pour s'expliquer sur une tribune qu'elle a publié sur le site Dijoncter (voir ici) le 12 décembre dernier. Elle y critiquait l'allocution d'Emmanuel Macron le 10 décembre en pleine crise des gilets jaunes.

Selon Franceinfo qui révèle l'information, Sophie Carrouge, professeure au lycée Le Castel de Dijon, devait s'expliquer sur cette tribune où elle brocarde le président de la République. "Macron est terne, Emmanuel Macron est vieux, Emmanuel Macron n’est pas un président. Emmanuel Macron est un commercial arrivé au pouvoir par le pouvoir des urnes funéraires" conclut-elle dans sa charge, où elle fait explicitement mention de sa fonction de professeure et du lieu où elle enseigne.

C'est ce dernier point qui motive, sur le papier du moins, sa convocation devant le rectorat. S'exprimer en effet en mettant en avant sa position de fonctionnaire pourrait être interprétée comme un non-respect du devoir de réserve imposé aux agents publics. Une interprétation que Sophie Carrouge conteste: "Chez les enseignants, ce droit de réserve n'est pas le même que dans la police par exemple, il est jurisprudentiel (…)"L'Etat est en train de bétonner le système pour restreindre la liberté d'expression de chaque fonctionnaire".

Lire aussi: Le projet de loi "gilets jaunes" adopté à l'Assemblée, place au Sénat 

Ses collègues et certains parents d'élèves ont apporté leur soutien à l'enseignante, notamment en se regroupant devant le rectorat au moment où Sophie Carrouge était auditionné. A l'issue de l'entrevue, l'enseignante a certes échappé à une sanction disciplinaire, mais pas au "rappel au devoir de réserve" de l'autorité administrative qui lui reproche bien d'avoir ajouté sa fonction à côté de son nom dans cette tribune. L'intéressée a expliqué à Franceinfo que pour elle l'avertissement était clair: "Je peux continuer à écrire, mais je n'écrirai plus".

Voir aussi:

Gilets jaunes: y aura-t-il un acte 6 samedi 22 décembre?

Pétition contre les gilets jaunes: faible mobilisation en ligne

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'enseignante a été convoquée devant le rectorat pour avoir critiqué Emmanuel Macron.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-