Florian Philippot: "on s'achemine vers la sortie de la Grèce de la zone euro"

Auteur(s)
Pierre Plottu
Publié le 29 juin 2015 - 10:31
Image
Florian Philippot sur France info.
Crédits
©Capture d'écran France Info
Florian Philippot "pense" que Marine Le Pen "gagnera" la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie aux élections de décembre prochain.
©Capture d'écran France Info
Florian Philippot était l'invité de France Info, ce lundi matin. Le député européen et numéro deux du Front national est revenu sur la situation de la Grèce avec laquelle "on a perdu beaucoup de temps et d'argent", selon lui.

La menace terroriste et la "guerre de civilisation" évoquée par Manuel Valls

"Manuel Valls a voulu créer un débat sémantique. Il avait fait la même chose il y a quelques mois quand il avait parlé +d'Apartheid+, c'est sa technique habituelle. Pendant qu'on parle de mots, qui sont vides de sens, on ne parle pas du fond: que faut-il faire pour assurer la sécurité des Français".

"Evidemment la civilisation française est attaquée".

"Marine Le Pen lui a demandé de fermer la centaine de mosquées salafistes qu'il y a en France. Manuel Valls a annoncé qu'il y a 10.000 à 15.000 salafistes en France. Parmi ces 10.000 à 15.000 il y a des étrangers, pourquoi on ne les expulse pas? Parmi ces 10.000 à 15.000 il y a beaucoup de binationaux, pourquoi on ne leur enlève pas la nationalité française puis ne les expulse-t-on pas?".

 

Le salafisme est-il un crime?

"C'est une idéologie qui mène très souvent à des actions violentes".

"Si en Tunisie et en Egypte, on va jusqu'à fermer les mosquées salafistes, on peut et on doit le faire en France".

"Il faut que nous récupérions nos frontières nationales rapidement. Dans Schengen on ne sait plus qui entre sur notre territoire, quels réseaux d'armes de guerre entrent et circulent".

 

Que faire des terroristes français?

"Il faut se poser la question du code de la nationalité: pourquoi sont-ils devenus français. Regardons s'ils ne sont pas binationaux, pour leur retirer leur nationalité française, que ne méritent pas les djihadistes".   

 

La loi Renseignement

"C'est une loi de prérogative juridique: on a la possibilité d'aller écouter, surveiller tous les Français, sans même l'autorisation de la justice".

"Ce n'est pas du tout ce qu'il faut faire car c'est liberticide".

"Généralement les renseignements ont bien détecté les bonnes personnes, mais ils manquent de moyen pour les surveiller".

 

La France doit-elle aider la Tunisie après l'attentat perpétré à Sousse, vendredi 26?

"La France peut aider certainement avec son expertise, mais je crois qu'on peut aussi agir en sécurisant la Libye. Car l'action de Sarkozy a consisté à détruire la Libye, à y instaurer la charia".

 

La Grèce doit-elle sortir de l'Union européenne?

"La Grèce, par référendum dimanche prochain, dira +non+ au nouveau plan d'austérité".

"C'est la faute d'un système qui a placé dans une même monnaie, l'euro, des pays trop disparates".

"On a fait entrer la Grèce de force, en allant jusqu'à maquiller ses comptes publiques. On a commis un crime contre le bon sens".

"On s'achemine vers la sortie de la Grèce de la zone euro".

"Le contrôle des capitaux comme la fermeture provisoire des banques font partie des mesures qui préparent cette sortie".

"Nous avions salué l'élection d'Alexis Tsipras car elle a permis un débat sur l'euro. Je le salue encore aujourd'hui car il organise un référendum. Je suis choqué des cris d'orfraies contre ce référendum".

"Les responsables socialistes et UMP qui crient après ce référendum montrent leur vrai visage: ce ne sont pas des démocrates, ils ne veulent pas que le peuple ait son mot à dire".

"J'espère qu'on va assister au premier recul historique de l'Union européenne. Si la Grèce sort de l'UE, ce serait un premier recul, ce qui démontre que l'avancée de cette machine infernale n'est pas inexorable".

"On a perdu beaucoup de temps et d'argent avec la Grèce, pris dans la poche du contribuable français".

 

Marine Le Pen va annoncer sa candidature aux régionales?

"J'en ai envie depuis le départ. J'espère qu'elle sera tête de liste en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie".

"Ce n'est pas très compliqué (d'être présidente de région et candidate à la présidentielle)".

"Je pense qu'elle gagnera cette région".

 

À LIRE AUSSI

Image
Alexis Tsipras.
Grèce: le référendum d'Alexis Tsipras approuvé par le Parlement
Le référendum voulu par le Premier ministre grec Alexis Tsipras sur la dernière offre d'accord faite par l'Union européenne et le FMI à Athènes a été approuvé dans la ...
28 juin 2015 - 12:14
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.