Le domicile de Corbière cambriolé, comme celui de son ancienne directrice de campagne

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 30 octobre 2018 - 14:39
Image
Le député de la France Insoumise (LFI) Alexis Corbière à l'Assemblée nationale, à Paris, le 27 juin 2017
Crédits
© Patrick KOVARIK / AFP/Archives
Alexis Corbière a été cambriolé à son domicile de Bagnolet, en Seine-saint-Denis, dans le courant du mois d'octobre.
© Patrick KOVARIK / AFP/Archives
Alexis Corbière a été cambriolé à son domicile de Bagnolet, en Seine-saint-Denis, dans le courant du mois d'octobre, et son ordinateur dérobé. Son ancienne directrice de campagne a également été victime de la même mésaventure.

C'est une étrange "épidémie" de cambriolage qui touche Alexis Corbière et son entourage. En effet, le domicile du député de Seine-Saint-Denis à Bagnolet a été victime d'une intrusion dans la nuit de jeudi 11 à vendredi 12 octobre au cours de laquelle un ordinateur appartenant au parlementaire a été dérobé. La même mésaventure est arrivée mercredi 10 à son ancienne directrice de campagne pour les élections législatives de 2017.

Alexis Corbière a confirmé l'information, sur son compte Twitter en relayant un article de Libération qui révèle l'information, en ajoutant en légende: "C'est hélas vrai...". Contacté par le quotidien, le député insoumis n'a pas souhaité commenté l'information pour le moins étrange d'autant plus que "son attaché parlementaire a, de son côté, trouvé la porte de sa permanence à Montreuil ouverte, avec la lumière allumée", vendredi 12 en allant déposer plainte au commissariat de Bobigny.

Lire aussi - Perquisitions FI et Mélenchon: pas de violation de la Constitution avec l’intervention du JLD

L'ordinateur de l'élu a été volé dans la chambre de sa fille à l'étage, alors qu'Alexis Corbière et sa famille dormaient. Un vélo a aussi été volé. Aucune autre valeur n'a été dérobée par le ou les malfaiteurs.

Pour beaucoup de militants insoumis sur les réseaux sociaux, les deux cambriolages ont un lien direct avec la série de perquisitions qui ont secoué le parti de La France insoumise, et plus particulièrement son leader, Jean-Luc Mélenchon. Ils voient la main de l'Elysée derrière ces intrusions. De la même façon que le député des Bouches-du-Rhône avait également ciblé le palais présidentiel comme instigateur de ses ennuis judiciaires. 

Voir:

Mélenchon tente de reprendre la main en allant "au peuple"

La popularité de Jean-Luc Mélenchon en chute libre depuis la perquisition à LFI

Perquisition à LFI: Le Pen dénonce le silence de Macron sur une "violation de la Constitution"

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don