Le gouvernement pense à suspendre les allocations des parents d'élèves violents

Le gouvernement pense à suspendre les allocations des parents d'élèves violents

Publié le 10/01/2019 à 07:30
© ludovic MARIN / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Dans le cadre du plan de lutte contre les violences scolaires, dont l'annonce a été repoussée à cause de l'actualité des Gilets jaunes, le gouvernement envisage de suspendre les allocations des parents d'élèves violents. Jean-Michel Blanquer l'avait déjà évoqué à demi-mot après l'agression d'une enseignante à Créteil.

Alors que l'annonce du plan de lutte contre les violences scolaires devait être faite mi-décembre, l'actualité des Gilets jaunes a contraint le gouvernement a repoussé l'échéance à début 2019. Diverses mesures sont cependant déjà à l'étude.

Selon Le Parisien, le groupe de travail diligenté par le ministère de l'Education nationale proposerait de suspendre ou de supprimer les allocations versées aux parents d'élèves responsables de violences dans leur établissement scolaire.

Une hypothèse que Jean-Michel Blanquer avait finalement déjà évoquée entre les lignes fin novembre, suite à l'agression d'une enseignante du lycée Edouard-Branly à Créteil, par un adolescent qui avait braqué une arme factice sur elle.

Le ministre de l'Education nationale avait alors parlé de "responsabilisation des familles" et d'éventuelles "amendes" infligées aux parents d'élèves violents.

Lire aussi: Créteil - nouvelle agression de professeur au lycée Edouard Branly

Comment la sanction serait-elle alors infligée? En cas de violences commises par un élève, l'inspection académique serait alertée et préviendrait ensuite la Caf pour qu'elle interrompe le versement des allocations.

"La sanction serait équivalente au montant des dommages en cas de dégradations matérielles", a aussi précisé Le Parisien, dont une source a expliqué que plusieurs avertissements précéderaient la sanction effective.

Cette idée ne plaît pas à tout le monde dans ce comité de travail, dont certains membres préconisent de faire du cas par cas, pour ne pas, par exemple, sanctionner trop durement une mère de famille seule avec quatre enfants.

Et aussi:

Assurance chômage: "aucun tabou" y compris sur la dégressivité des allocations (Pénicaud)

La CAF lui bloque ses allocations après lui avoir versé 3.000 euros

#PasDeVague: victime d'insultes racistes de ses élèves, la professeure est déboutée

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le gouvernement envisage de suspendre ou supprimer les allocations aux parents d'élèves violents.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-