Le Parlement débat des frappes françaises en Syrie

Le Parlement débat des frappes françaises en Syrie

Publié le 15/09/2015 à 16:22 - Mise à jour à 16:32
©Gonzalo Fuentes/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Députés et sénateurs français débattaient, ce mardi, de l'engagement militaire en Syrie. Celui-ci devrait se traduire par des frappes aériennes contre Daech que François Hollande a jugées, lundi 14, "nécessaires".

François Hollande juge que les frappes aériennes contre Daech en Syrie sont devenues "nécessaires". Après avoir annoncé des vols de reconnaissance de l'armée française, le président est donc passé à la vitesse supérieure, lundi 14, en ouvrant la voix à un engagement de l'armée française contre les combattants islamistes du groupe Etat islamique. Un sujet dont ont eu à débattre les députés et sénateurs français, ce mardi après-midi 15 septembre.

"Nous avons annoncé des vols de reconnaissance permettant d'envisager des frappes si c'était nécessaire, et ce sera nécessaire en Syrie", avait ainsi estimé le chef de l'Etat lors de sa conférence de presse le 7 septembre. Une initiative largement approuvée par la classe politique, bien que certains, notamment chez Les Républicains, la jugent insuffisante et en appellent à l'envoi de troupes au sol pour combattre Daech. Une option toutefois écartée, toujours le 7 septembre, par François Hollande, qui a estimé que ce serait "inconséquent et irréaliste".

Ce mardi à partir de 16h, le Parlement français a commencé à débattre, sans voter, de "l'engagement des forces aériennes pour des vols de reconnaissance au-dessus du territoire syrien" au titre de l'article-35 alinéa-2 de la Constitution. Un engagement qui a déjà débuté, depuis mardi 8 septembre.

Le débat devrait durer environ deux heures, réparti en dix minutes de prise de parole pour chaque orateur (un par groupe politique) après un discours d'ouverture prononcé par le Premier ministre Manuel Valls. Ils se suivront dans cet ordre: Philippe Nauche (groupe socialiste), Christian Jacob, président du groupe Les Républicains, Philippe Folliot (UDI, centriste), François de Rugy (Verts), Jacques Moignard (RRDP, radical de gauche) et François Asensi (GDR, Front de gauche).

Les présidentes des commissions des affaires étrangères et de la défense, Élisabeth Guigou et Patricia Adam, interviendront chacune pendant cinq minutes et le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, doit enfin répondre aux différents orateurs.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le Parlement doit débattre, sans voter, de "l'engagement des forces aériennes pour des vols de reconnaissance au-dessus du territoire syrien" (photo d'illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-