Les micros-partis dans le collimateur de François Bayrou

Les micros-partis dans le collimateur de François Bayrou

Publié le 06/04/2016 à 17:47 - Mise à jour à 17:55
© Stephane Allaman/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Les micro-partis sont dans le viseur de François Bayrou. Pour le maire de Pau, une "clarification" sur le financement des partis politique est indispensable, préconisant qu'un "comptable public signe les chèques" dans chaque parti.

Le président du MoDem François Bayrou veut une "clarification" sur le financement des partis politiques, notamment sur les "micro-partis", et préconise qu'un "comptable public signe les chèques" dans chaque parti, a-t-il dit ce mercredi 6 dans l'émission Questions d'info LCP/France Info/Le Monde/AFP.

"Le financement des partis politiques en France est une zone largement de non-droit", a indiqué le leader centriste, alors qu'étaient évoqués le scandale des "Panama papers" et l'implication de proches de Marine Le Pen, dont l'un est président d'une société qui réalise des prestations pour des candidats FN.

Les micro-partis, qui ne sont pas interdits mais détournent l'esprit de la loi selon certains, permettent de "multiplier les financements", a rappelé M. Bayrou. "Le financement est prétendument limité à 7.500 euros par personne, payé par le contribuable pour les deux tiers (car les dons aux partis sont défiscalisés, NDLR)", a-t-il expliqué. "Si vous avez 10 micro-partis dans la même nébuleuse, alors ce n'est plus respecté et vous êtes à 75.000 euros", a-t-il illustré.

"Je demande qu'on ait une clarification des lois sur les partis politiques à tous égards: que les micro-partis soient soumis à la loi", a-t-il demandé. "Il faut revoir du tout au tout le financement et le fonctionnement des partis politiques", a-t-il ajouté. "Je propose que dans chaque parti politique celui qui signe les chèques soit un comptable public", qui soit donc "assermenté" et qui puisse "rendre des comptes".

Sur l'irruption de proches de Marine Le Pen dans l'affaire des +Panama Papers+, M. Bayrou a répondu: "le slogan +mains propres+ et tête haute+, arboré par le FN, on ne peut pas dire que cela corresponde à des réalités insoupçonnables".

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




"Le financement des partis politiques en France est une zone largement de non-droit", a-t-il notamment indiqué.

Newsletter


Fil d'actualités Politique




Commentaires

-